“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

À Opio, quatre trentenaires aux petits soins pour les oliviers

Mis à jour le 23/01/2021 à 16:34 Publié le 23/01/2021 à 18:00
Première récolte de 450 kg pour les quatre membres d'Amista

Première récolte de 450 kg pour les quatre membres d'Amista Franz Chavaroche

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

À Opio, quatre trentenaires aux petits soins pour les oliviers

À Opio, quatre amis sensibles à l’environnement se sont réunis en association afin de veiller sur une partie de l’oliveraie communale.

À perte de vue, les arbres bleu-gris aux troncs noueux se balancent au gré d’un vent léger. Dans le sillage des moines cisterciens de Lérins, à qui appartenait autrefois le terrain, Milène, Adrien, Geoffrey et Thibaud veillent aujourd’hui sur les oliviers.

Sous les pieds des quatre amis, les restanques caillouteuses de l’oliveraie communale d’Opio s’empilent les unes sur les autres.

"Depuis novembre dernier, la mairie met à disposition gratuite de notre association une partie de l’oliveraie, explique Milène Servelle, photographe d’architecture aux rêves oléicoles. Nous entretenons donc une surface de 7 500 m2 et environ 100 oliviers, ainsi qu’une parcelle plus intimiste située dans le village et complantée de treize arbres."

Un premier grand pas dans la jeune histoire d’Amista, l’association qu’ont fondée les quatre copains trentenaires début 2020.

Agriculture impliquée dans la vie locale

Adrien, Geoffrey, Thibaud et Milène
Adrien, Geoffrey, Thibaud et Milène Franz Chavaroche

"Nous vivons dans deux collocations amies à Vallauris et Valbonne. En discutant, on s’est aperçu qu’on avait, tous les quatre, envie de nous reconvertir, de nous rattacher à la terre", retracent-ils de concert.

Ils ont des convictions environnementales fortes et une idée commune : proposer une agriculture vertueuse pour l’environnement et les hommes, à la fois productive, éthique et impliquée dans la vie locale.

"Alors, cette association, c’est une façon de mettre en acte nos idées", résume Geoffrey Godard.

Au civil, le jeune homme est ingénieur du bâtiment. Travail de bureau, les yeux rivés sur l’écran. Il assouvit son besoin de reconnexion à la nature grâce à une activité secondaire d’apiculteur. À ses côtés, Adrien Strutynski, ingénieur en informatique de formation a entamé une reconversion il y a 3 ans pour devenir producteur d’agrumes bio à Vallauris.

"Ma grand-mère cultivait des oliviers en Italie. J’avais dans l’idée de faire ça ici, mais c’est assez compliqué de vivre de l’oléiculture, donc je me suis penché sur l’agrumiculture."

Les olives, sa danseuse, il s’en occupe sur le terrain d’Opio. En novembre 2020, les copains ont procédé à leur première récolte. "On a commencé par le meilleur, le moment qui sacre une année d’agriculture", sourit Milène.

Les animaux pour désherber

Les quatre amis ont une centaine d'arbres à entretenir
Les quatre amis ont une centaine d'arbres à entretenir Franz Chavaroche

Après avoir appris les gestes auprès de divers organismes –Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole de Nyons, Agribio 06, la chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes– ils ont chouchouté les cailletiers, les plus escarpés de l’oliveraie upiane, dont s’occupaient jusqu’ici les employés communaux.

"Ça leur permet ainsi de se concentrer sur d’autres sujets" explique Thibaud, ingénieur informatique.

450 kg d’olives ont ensuite été amenés au moulin d’Opio. D’où la joyeuse bande est repartie avec 60 litres d’huile. Trésor qui sert pour l’heure à leur consommation personnelle.

"Après le mois de mars, une fois le risque de gel passé, on taillera les arbres. Il faudra aussi amender le terrain. Et se pencher sur le désherbage"

Pour ça, les copains pensent à laisser gambader des ânes ou des brebis sur les restanques. Auxiliaires écolos à une démarche qui ne manquait déjà pas de naturel.


Pour l’heure, l’association Amista n’accueille pas de nouveaux membres. On peut néanmoins suivre l’aventure d’Amista sur le compte Instagram @mileneservellephotographe

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.