Ce que l'on sait de l'USS Gerald Ford, le premier porte-avions de nouvelle génération des États-Unis

Présenté en 2017 par Donald Trump, cet imposant bâtiment de guerre à propulsion nucléaire vient d'être officiellement inauguré outre-Atlantique.

La rédaction Publié le 05/10/2022 à 17:05, mis à jour le 05/10/2022 à 17:07
Ce premier porte-avions de nouvelle génération, destiné à remplacer la flotte de porte-avions Nimitz après cinquante années de services, a quitté ce mardi son port d'attache de Norfolk, en Virginie. Photo AFP

Le moins que l'on puisse dire de cette structure est qu'elle ne passe pas inaperçue, avec ses 335 mètres de long et un poids affiché de près de 100.000 tonnes.

Véritable "pépite militaire", qui a coûté plus de 13 milliards de dollars, l'USS Gerald Ford débarque, certes avec deux années de retard, lié à une phase de tests et des problèmes techniques, mais aussi avec la ferme intention de prouver au monde l'avancée américaine dans ce secteur.

"Démontrer ses capacités létales sans rivales dans tous les domaines"

Ce géant des mers, baptisé du nom du 38e président des États-Unis, a effectivement été déployé dans l'intention de "démontrer ses capacités létales sans rivales dans tous les domaines", comme l'a indiqué l'amiral Daryl Caudle, commandant des Forces navales américaines.

Ce premier porte-avions de nouvelle génération, destiné à remplacer la flotte de porte-avions Nimitz après cinquante années de services, a quitté ce mardi son port d'attache de Norfolk, en Virginie.

Escorté par son groupe aéronaval, le navire se met à flots pour plusieurs semaines de manœuvres avec les marines de neuf pays alliés. L'US Navy a d'ores et déjà précisé que celles-ci seront focalisées sur la défense antiaérienne, le combat antisubmersibles, les mesures antimines et les opérations amphibies.

 

Une puissance et une longévité accrues

À son bord, le porte-avions, qui peut atteindre une vitesse de 54 km/h, est équipé de technologies dernier cri, dont des catapultes électromagnétiques permettant de propulser les avions à un rythme soutenu.

Développé par General Atomics, le mécanisme utilisé remplace le système hydraulique traditionnel pour catapulter les avions au décollage par un moteur à induction qui, en réduisant les frictions, est donc source de plus grande longévité.

Un porte-avions de nouvelle génération français d'ici 2038

De son côté, la France prépare l'avènement de son premier porte-avions de nouvelle génération : le PA-NG, amené à remplacer le Charle de Gaulle à l'horizon 2038.

Ce navire, d'une longueur de 305 mètres et de 75.000 tonnes, utilisera le même système de catapultes électromagnétiques que l'USS Gerald Ford.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.