“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un émerveillement pour les uns, de "l’esclavagisme" pour les autres: le cirque avec animaux fait débat

Mis à jour le 20/01/2019 à 17:11 Publié le 20/01/2019 à 16:50
Instant calin entre Martin Lacey Jr et ses lions King et Cleo ; le dresseur Marcel Kramer et ses bisons ; Joy Gartner avec son jeune fils en pleine acrobatie avec l’éléphante Belinda.

Instant calin entre Martin Lacey Jr et ses lions King et Cleo ; le dresseur Marcel Kramer et ses bisons ; Joy Gartner avec son jeune fils en pleine acrobatie avec l’éléphante Belinda. Photo Cyril Dodergny

Un émerveillement pour les uns, de "l’esclavagisme" pour les autres: le cirque avec animaux fait débat

Alors que les portes du chapiteau étaient ouvertes samedi à Monaco pour faire découvrir au public le travail des familles de cirque avec leurs animaux, à Cap-d’Ail une association a dénoncé ces pratiques.

Il y avait foule samedi après-midi sous le chapiteau. Pas de spectacle à l’affiche, mais une après-midi portes ouvertes pour le public.

Une formule qui a séduit. D’abord parce qu’elle est gratuite. Ensuite parce qu’elle est rapide - une heure et demie, assez pour capter et conserver l’attention des jeunes enfants. Enfin parce qu’elle permet au public de voir l’envers du décor et le travail des familles de cirque avec leurs animaux. C’est l’engagement du festival international du cirque de Monte-Carlo, de continuer à proposer des numéros de cirque traditionnels avec des animaux, en dépit des voix...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct