“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pourquoi un élu d'opposition préférait le nom d'Anatole France à celui du Prince Jacques pour le centre culturel de Beausoleil

Mis à jour le 28/11/2018 à 09:33 Publié le 28/11/2018 à 09:30
La majorité du conseil municipal a refusé l’amendement de l’élu d’opposition qui proposait de remplacer le nom du prince Jacques par celui d’Anatole France sur le fronton du nouveau Centre culturel.

La majorité du conseil municipal a refusé l’amendement de l’élu d’opposition qui proposait de remplacer le nom du prince Jacques par celui d’Anatole France sur le fronton du nouveau Centre culturel. Photo Cyril Dodergny

Pourquoi un élu d'opposition préférait le nom d'Anatole France à celui du Prince Jacques pour le centre culturel de Beausoleil

Vendredi dernier en conseil municipal, la veille de l'inauguration, Lucien Prieto a déposé un amendement pour modifier la dénomination du bâtiment.

Samedi soir, le prince Albert II et Gérard Spinelli inauguraient en grande pompe le Centre culturel de Beausoleil, dont le fronton porte désormais le nom du prince héréditaire Jacques.

Artistes de rue, saltimbanques, acrobates de cirque, tour de chant des Kids United Nouvelle Generation… Bref, la totale pour baptiser ce projet à 6,8 millions d'euros.

Mais avant l'inauguration, il a fallu entériner officiellement la décision de donner au bâtiment le nom du fils du prince souverain. Et vendredi, en conseil municipal, la nouvelle appellation n'a, semble-t-il, pas fait l'unanimité.

>>RELIRE. Pour l'inauguration du Centre culturel Prince Jacques, Beausoleil invite tous les enfants à un spectacle exceptionnel.

"Quel rapport entre Beausoleil et le prince Jacques?"

Une voix s'est portée contre, celle de Lucien Prieto, seul membre de l'opposition encore assidu à l'assemblée municipale. Lequel a déposé un amendement pour proposer une autre dénomination.

"Je propose d'appeler le Centre culturel Anatole France. Car, cet auteur français a reçu le Prix Nobel de Littérature en 1921. Il doit y avoir une considération pour cet écrivain", argumente-t-il. Et de rajouter: "Est-ce que Monaco finance le Centre culturel?"

Gérard Spinelli esquive la question et assène: "Juste une question. Il y a une dizaine de Français qui ont remporté ce Prix Nobel (15 pour être exact, N.D.L.R.). Quel rapport entre Anatole France et Beausoleil? Pourquoi lui? Presque toutes les autres salles de la ville portent le nom de quelqu'un qui a un lien avec Beausoleil."

"Je vous retourne la question. Quel rapport entre Beausoleil et le prince Jacques? Beausoleil fait partie de la France et Anatole France est français", rétorque Lucien Prieto.

Un dialogue de sourd coupé net par le vote de l'amendement de l'élu d'opposition. Refus catégorique de la majorité. Laquelle vote, en revanche, pour la dénomination du prince Jacques, après que l'édile a justifié ce choix-là.

"En choisissant ce nom, Beausoleil perpétue la tradition qui consacre le lien historique et territorial qui unit Beausoleil à la Principauté de Monaco. Une tradition qui fait des jeunes princes héréditaires de Monaco des citoyens d'honneurs de Beausoleil, comme ce fut le cas pour le prince Albert II et avant lui pour le prince Rainier III. Il paraît naturel que l'un des plus importants équipements de Beausoleil, ouvert sur l'avenir, sur les nouvelles générations, porteur d'un message de culture et de cohésion sociale, mette en lumière à la fois les racines et l'attachement d'une ville qui s'est construite dans le sillage de Monaco, dans une communauté de vie et une agglomération urbaine tout à fait uniques."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.