Rubriques




Se connecter à

Débat (très) pimenté sur les réseaux sociaux après l'ouverture illégale d'un restaurant à Nice mercredi midi

Christophe Wilson a bravé l’interdiction gouvernementale en servant une centaine de clients ce mercredi dans son restaurant "Le Poppies", en plein centre-ville de Nice. La note a été salée: après intervention de la police, les convives ont été (ou seront) pour la plupart verbalisés. Le patron a lui été placé en garde à vue pour l’emploi d’un clandestin.

P. Machinot Publié le 28/01/2021 à 11:55, mis à jour le 28/01/2021 à 12:17
Mercredi, un restaurateur niçois qui prône la "désobéissance civil" a ouvert illégalement son restaurant. Photo Eric Ottino

Jamais une daube et ses gnocchis n'auront autant fait jaser sur les réseaux sociaux. En servant illégalement ce plat emblématique local à ses clients - et soutiens - attablés dans sa brasserie Le Poppies ce mercredi midi, Christophe Wilson a divisé profondément les internautes. 

Entre ceux qui ont manqué de s'étouffer en apprenant la nouvelle et d'autres qui ont bu du petit lait, florilège des messages les plus pertinents sur les réseaux sociaux du groupe Nice-Matin.

Les "Pour"

Certains ont été séduits par l’initiative du restaurateur, y voyant une manière originale de défendre son gagne-pain ou même un geste de désobéissance civile qui pourrait faire tache d’huile.

 

Sur Facebook, Andy Dunan applaudit : "Félicitations à lui, j’espère que d’autres vont suivre". Stéphanie Pétralia de surligner : "Bravo ! 👏 que tous les restaurants, bar etc. le suivent, courage à vous"

Didier Magellan salue "un acte de bravoure": "On ne peut pas vivre éternellement avec un couvre-feu un confinement et autres interdictions. Les gens ne sont pas bêtes laissez-nous vivre comme nous l’entendons en prenant toutes les précautions. Ce virus est peut-être encore là pour longtemps on doit apprendre à vivre avec courage à tous et vive la liberté".

Karine Marques confie : "Je suis dans le tram au moment même où je lis cet article, il est 18h05 les gens sont collés les uns aux autres ! Ce gouvernement est tyrannique !"

Germain Soriano argumente, empathique : "Perso, je le soutiens… Y’a que les gens qui touchent leur salaire quoiqu’il arrive qui ne peuvent pas comprendre la situation des restaurants, des bars et des boites de nuits et tous les autres qu’on empêche de travailler et se retrouve sans ressources… Essayez de comprendre leurs situations avant de juger... respect monsieur."

Mélanie Merlo de lancer : "Si on ne veut pas finir comme des rats, enfermés, confinés, muselés à vie et manipulés....Suivons cet exemple😜 "

Jenny Nissa : "Bravo à ce restaurateur qui défend son bifteck et qui porte ses couilles ! Le covid est un prétexte pour ôter nos libertés"

 

Pour Louis Chopin : "C’est la seule bonne nouvelle du jour merci au patron du restaurant ❤. Je souhaite que les patrons se rebellent. Merci la révolution".

Jean-matthieu Houzelot abonde : "Bravo à lui, j’espère que ça réveillera les autres et surtout le peuple en général. On se fout de nous depuis trop longtemps et pour pas grand-chose, mais surtout sans d’autres résultats que de détruire la jeunesse et l’économie de tout le pays !"

Les "contre"

Beaucoup ont vu dans cet acte de l’inconscience, voire un risque sanitaire évident.

Comme ce commentaire acide de Laurence Mamy: "Quel plaisir de voir autant de gens se contaminer entre eux et travailler pour l’immunité collective". Ou Giles Dhay qui complète le menu du jour à sa manière: "Et Covid en dessert, non merci!". Ou encore ce sarcasme de Vanissa Px: "Ça sert 3 assiettes de gnocchi en postillonnant dedans et ça se prend pour Jean Moulin".

Une initiative également hachée menu par Jay Rémy: "C’est une honte, un gros doigt d’honneur à tous les restaus qui ont respecté les règles depuis le début, à tous ceux qui subissent les fermetures, une mise en danger de tous les clients qu’il a eu, un mépris total de tout le milieu hospitalier, un irrespect de tous les gens qu’on a perdu a cause de ce virus!"

Adl Moret assaisonne aussi le restaurateur niçois: "On se bat pour ouvrir avec des protocoles sanitaires et ce guignol sert sans masque et sans distanciation. N’importe quoi!"

Virginie Lengard, une consœur effarée confie: "Moi je suis du métier, quand je vois ça, je suis désespérée ! Aucunes règles sanitaires respectées grâce à ce monsieur on n’est pas près de rouvrir!"

 

Amodeo Celine n'y va pas avec le dos de la cuillère: "Quelle honte oui ! Ça se voit que vous ne travaillez pas dans le milieu hospitalier ! Il faut venir en réa voir ce qu’il se passe chez vous à côté !"

Plus modérés, d’autres internautes comprennent le fond mais condamnent la forme.

Comme Lucile Rvy: "Je pense que s’il veut faire passer un message fort il faut qu’il mette en place une distanciation sociale ! Le but c’est que les restaurants ouvrent à nouveau non ? Donc prouver que c’est possible d’en faire un endroit plus sécure grâce à la distanciation. Montrer ainsi qu’il y a moins de risque en s’asseyant à 3 mètres d’une personne qu’en faisant la queue chez Action. Là, la seule chose qu’il va gagner c’est une sanction, un cluster et une prolongation de la fermeture des restaurants au vu de l’inconscience face à la situation. Je les comprends, je les soutiens mais ce n’est pas la solution".

Ou "CÉ LyNe": ce restaurateur "veut faire de la pub…. S’il avait le moindre neurone il aurait pu ouvrir son restaurant en protestation mais garder les protocoles sanitaires stricts pour prouver que c’est faisable… Il discrédite complètement les autres restos qui sont prêts à faire des efforts sanitaires pour ouvrir leur établissement. Bad buzz…"

Séverine Brunet commente : "Je suis pour la réouverture des restos mais dans les conditions du protocole mis en place précédemment pas de cette façon. Là c’est mettre encore plus à mal la profession et ce n’est certainement pas un exemple à donner. Se faire entendre oui mais le faire intelligemment c’est mieux."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.