“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. On a assisté aux répétitions de la nouvelle création des frères Maillot pour les Ballets de Monte-Carlo

Mis à jour le 29/10/2019 à 09:24 Publié le 29/10/2019 à 08:39
Illustration

Illustration Photo C.D.

PHOTOS. On a assisté aux répétitions de la nouvelle création des frères Maillot pour les Ballets de Monte-Carlo

Jean-Christophe et Bertrand Maillot sont au travail pour préparer la nouvelle création des Ballets de Monte-Carlo pour laquelle les deux frères revisitent l’histoire de Coppélia

L’un compose, l’autre chorégraphie. Un tandem qui s’équilibre. Une "osmose parfaite" assurent-ils. Une affaire de famille, surtout. Le chorégraphe-directeur des Ballets de Monte-Carlo, Jean-Christophe Maillot a sollicité son frère, le compositeur Bertrand Maillot pour la conception de son nouveau ballet.

Après avoir été absent de l’affiche traditionnelle de décembre au Grimaldi Forum l’an passé - pour achever 2018 et entamer 2019 - la compagnie donnera neuf représentations de leur Coppél-i.A du 27 décembre au 5 janvier sur la scène de la Salle des Princes. Un gros défi pour la troupe.

Cette création inédite s’appuie sur la trame du ballet classique Coppélia. L’histoire demeure la même : celle d’un homme troublé par ses sentiments pour un automate aux contours féminins crée par un savant. Dans la version de Jean-Christophe Maillot, le savant sera un scientifique qui crée un robot à l’intelligence artificielle assurée.

Un argument futuriste que le chorégraphe entend tout de même tenir dans les codes classiques de la danse pour sa nouvelle création. Ainsi, après avoir un temps envisagé d’écarter la partition classique originale de Léo Delibes, il a préféré la conserver. Il se la réapproprie avec l’aide de Bertrand, son frère.

Les danseurs Anna Blackwell et Simone Tribuna, hier matin dans les rôles de Swanilda et Franz.
Les danseurs Anna Blackwell et Simone Tribuna, hier matin dans les rôles de Swanilda et Franz. Photo C.D.
Jean-Christophe Maillot au travail hier matin, avec une partie de sa troupe au cœur du studio de danse de la compagnie.
Jean-Christophe Maillot au travail hier matin, avec une partie de sa troupe au cœur du studio de danse de la compagnie. Photo C.D.

Ensemble, ils ont revisité la musique de Delibes tombée dans le domaine public. Gardant la ligne mélodique classique et donnant un autre relief, parfois plus opératique pour servir le propos et accompagner la perception de la réalité des personnages. De la haute couture en somme pour adapter la musique à la vision chorégraphique.

Chorégraphie de l’instinct

Le processus de création a commencé il y a quelques semaines. Et il est toujours effervescent. Du studio de musique à celui de danse, il n’y a que quelques pas au sein de l’atelier de la troupe aux Moneghetti.

Et le spectacle en création fait un va-et-vient incessant entre un et l’autre. Quand Bertrand compose sur ses machines, Jean-Christophe est à ses côtés pour capter le pouls de la musique. Quand Jean-Christophe chorégraphie dans la salle de danse cathédrale de la troupe, Bertrand est aux premières loges pour s’imprégner.

Ce lundi matin, travaillant sur une scène amoureuse entre Franz et Swanilda, Jean-Christophe Maillot a ouvert exceptionnellement les portes de ce studio où la chorégraphie est work in progress.

Et c’est un spectacle dans le spectacle de le voir travailler. Il est tous les personnages à la fois. Passant d’un danseur à l’autre.

"Un peu plus haut", "ça va venir", "la jambe plus tendue", "c’est bien baby". Sa voix résonne sans cesse, alternant du français à l’anglais. Si une caméra enregistre tous les gestes dans un coin de la salle, il n’y a ni notes, ni schéma.

Le rôle de Coppélia compte parmi les plus connus du répertoire classique d’une danseuse.
Le rôle de Coppélia compte parmi les plus connus du répertoire classique d’une danseuse. Photo Alice Blangero
Illustration
Illustration Photo C.D.

Tout se fait à l’instinct, face au miroir pour spectateur, pour écrire mouvement après mouvement, avec le corps des danseurs pour partition et pour mémoire, cette chorégraphie.

"En ce moment, je produis 30 secondes à 1 minute 30 de spectacle par jour", souffle-t-il. Pour les danseurs choisis lors de cette répétition, l’enjeu est autant est de traduire les indications de leur chorégraphe que d’incarner leur personnage.

Un travail qui influencera leur place dans la distribution finale du spectacle, qui sera dévoilée quelques jours avant la première.

Au cours des deux heures de répétition, Maillot semble parfois animal, possédé par sa réflexion qu’il traduit en ondulation de son corps, que les danseurs dans sa lignée, imitent pas après pas.

Un condensé de travail, où transpire aussi le plaisir. On comprend mieux pourquoi il avoue que "la construction du spectacle est plus jouissive que le spectacle".

Une fois livré, pour le patron des Ballets de Monte-Carlo, le spectacle appartient alors "à celui qui le regarde".

Dans un coin du studio, Bertrand Maillot suit la répétition et les gestes chorégraphiques de son frère Jean-Christophe. Un échange qui inspire ensuite la partition musicale qu’il adapte pour ce ballet.
Dans un coin du studio, Bertrand Maillot suit la répétition et les gestes chorégraphiques de son frère Jean-Christophe. Un échange qui inspire ensuite la partition musicale qu’il adapte pour ce ballet. Photo C.D.
Illustration
Illustration Photo C.D.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.