Rubriques




Se connecter à

Le riche hiver des Ballets de Monte Carlo

Après deux représentations de leur Mégère apprivoisée à Fréjus début octobre, les Ballets de Monte Carlo relancent la machine à domicile. Entre reprises de classiques et créations, la saison d’hiver de la compagnie monégasque va envoyer!

A. Ma. Publié le 15/10/2021 à 14:30, mis à jour le 15/10/2021 à 22:32
Casse-Noisette Cie, du 28 décembre au 5 janvier. Photo Hans Gerritsen

Le retour de Sidi Larbi Cherkaoui

Roméo et Juliette pour ouvrir la saison ? Une évidence. Le ballet, créé par le directeur de l’institution monégasque Jean-Christophe Maillot en 1996, a participé à sa réputation. Les émotions de Shakespeare, un décor signé Pignon Ernest, les mouvements de Maillot, besoin d’autre chose? (Les 20, 21, 22 et 23 octobre, à 19h30, salle Garnier, de 21 à 36 euros, réduit 12.)

Autre reprise, celle d’In Memoriam, pièce chorégraphique créée par le Belge Sidi Larbi Cherkaoui en 2004 à Monaco, dans laquelle les danseurs se mêlent aux chants corses du groupe A Filetta. Pour compléter ce court ballet évoquant les souvenirs, un autre parlant du temps qui passe: Bach On Track 61, la nouvelle création de Jean-Christophe Maillot, qui vient justement de fêter ses 61 ans (les 29 et 30 octobre à 19h30, et le 31 octobre à 15h, salle Garnier, de 21 à 36 euros, réduit 12).

Monaco Dance Forum

En décembre, place au Monaco Dance Forum. Au menu du festival: projections, colloques, ateliers et spectacles. Et on verra que les grands textes donnent parfois naissance à de grands ballets.

Dans L’Heure exquise, avec la danseuse italienne Alessandra Ferri, c’est Oh! Les beaux jours de Beckett qui a inspiré Béjart (le 11 décembre à 19h30, le 12 à 15h, salle Garnier). Dans Hamlet, la compagnie italienne imPerfect Dancers revisite complètement le classique de Shakespeare (le 14 décembre à 14h, le 15 à 19h30, salle Garnier). Dans Ce que le jour doit à la nuit, la compagnie du Cannois Hervé Koubi reprend le titre du roman de Yasmina Khadra pour une danse mêlant les styles, classique ou hip-hop, et les territoires, l’orient et l’occident (le 16 décembre à 14h, le 17 à 19h30, Grimaldi Forum). Dans La Danse du soleil, ce ne sont pas les auteurs mais les musiciens, jouant sur scène Lully et Mozart, qui inspirent le danseur espagnol Juan Kruz Díaz de Garaio Esnaola (le 18 décembre à 19h30, le 19 à 15h, salle Garnier).

 

Apothéose Casse-Noisette Cie

Fin d’année en apothéose avec une autre création signée Maillot: Casse-Noisette Cie. Présenté pour la première fois en 2013, ce grand classique revisité qui plonge dans le répertoire du chorégraphe promet de la fête et de la couleur. Les danseurs de Jean-Christophe Maillot seront accompagnés par l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo (les 28, 29, 30 et 31 décembre à 19h30, le 2 janvier à 15h, les 3,4 et 5 à 19h30, Grimaldi Forum).

Rens., réservation et autres tarifs à venir sur www.balletsdemontecarlo.com

Ce que le jour doit à la nuit, par la compagnie Hervé Koubi les 16 et 17 décembre. Photo Nathalie Sternalski.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.