“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un faux prince Albert tente d'arnaquer Michèle Cotta

Mis à jour le 28/12/2017 à 05:01 Publié le 28/12/2017 à 05:01
L'affaire a fait le tour de France.

L'affaire a fait le tour de France. Luc Boutria

Un faux prince Albert tente d'arnaquer Michèle Cotta

L'affaire, révélée par Monaco-Matin, a fait le tour de France comme une traînée de poudre.

L'affaire, révélée par Monaco-Matin, a fait le tour de France comme une traînée de poudre. Dans la presse people, évidemment, mais aussi généraliste. Il faut dire que ce n'est pas tous les jours qu'un escroc se fait passer pour le prince Albert II pour tenter d'arnaquer une journaliste aussi connue que Michèle Cotta. Au cours de sa longue carrière, l'ancienne directrice de l'information à TF1 et directrice générale de France 2 avait tout vu. Mais cette affaire-là a tout surclassé.

Mercredi 27 septembre, à 8 h 45, Michèle Cotta reçoit sur son portable un appel en vidéo par WhatsApp d'un homme prétendant être le prince Albert II. La mise en scène est soignée. L'individu ressemble au souverain. Il se tient debout derrière un bureau, à côté d'en fauteuil doré style Louis XV. « Il ressemblait au prince Albert mais avec dix ans de moins », témoigne la journaliste.

La suite frise le ridicule : « L'homme me dit qu'un journaliste monégasque a été enlevé par un groupe islamiste. Il me dit qu'il organise un appel de fonds pour tenter de le ramener. Il me demande si je peux venir au Palais et trouve surprenant que je lui dise non. »

La journaliste, qui ne tombe pas de la dernière pluie, ne croit pas une seconde à la réalité d'un appel du souverain. « Tout avait l'air bien préparé, la mise en scène n'était pas improvisée. À mon avis, il s'agit d'une arnaque ou d'une blague. »

Trois mois plus tard, aucune trace de mauvaise blague, comme certaines émissions de télévision en raffolent. Il s'agissait donc bel et bien d'une tentative d'escroquerie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct