“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le prince Albert II réagit au décès de Raymond Poulidor : "C'était un champion exceptionnel qui a fait aimer le cyclisme au public"

Mis à jour le 14/11/2019 à 19:38 Publié le 14/11/2019 à 19:32
Raymond Poulidor et le prince Albert II lors du Tour de France 2013 à Nice.

Raymond Poulidor et le prince Albert II lors du Tour de France 2013 à Nice. Archives NM

Le prince Albert II réagit au décès de Raymond Poulidor : "C'était un champion exceptionnel qui a fait aimer le cyclisme au public"

Au lendemain de l'annonce du décès de Raymond Poulidor à l'âge de 83 ans, le prince Albert II a tenu à honorer la mémoire d'une "grande figure du cyclisme et du sport" et un homme d'une "grande modestie"

"On se connaissait surtout depuis le Grand départ du Tour de France à Monaco (2009). C'était un homme assez exceptionnel, d'une grande modestie et d'une grande humilité, presque une timidité. Il était touchant", a confié le prince Albert II à Monaco-Matin ce jeudi.

Jamais avare d'anecdotes, "Poupou" n'avait pas manqué de revenir avec le souverain sur son arrivée cocasse lors du Tour de France 1964 au stade Louis-II. " Il était revenu sur cet incident de l'arrivée d'étape à Monaco l'une des premières fois où je l'ai rencontré . Il s'en mordait les doigts encore (rires)." 

Lors du Tour 1964, entré dans la légende pour le mano a mano entre Anquetil et Poulidor, "Poupou" avait en effet levé les bras trop tôt sur la 9e étape reliant Briançon et Monaco.

"Cela me servira
de leçon"

Au coude à coude dans le col de la Bonette-Restefond, puis sur les pentes de Levens et La Turbie, Poulidor et Anquetil avaient pénétré dans le stade Louis-II avec un petit groupe de coureurs pour se disputer la victoire d'étape.

Sur la piste cendrée du stade de Monaco, "Poupou" avait fourni son effort à la corde pour devancer sur la ligne les Anquetil, Bahamontès, Rostollan et Simpson. Sauf que Poulidor avait levé les bras trop tôt... il restait un tour ! "C'est idiot de commettre une pareille bévue. Enfin, cela me servira de leçon", avait alors commenté l'éternel second.

"On perd vraiment un champion exceptionnel et, comme le disait Eddy Merckx, c'est quelqu'un a qui contribué à rapprocher le public du Tour de France, évidemment, mais aussi à aimer le cyclisme en général. C'était une grande figure du cyclisme et du sport mais c'est allé bien au-delà de ça", considère le prince Albert II.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.