“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

VIDEO. Yvan Attal à Monaco: "La discrimination positive est aussi un problème"

Mis à jour le 17/10/2013 à 21:28 Publié le 17/10/2013 à 20:38
Avant la première de la pièce Race au théâtre Princesse-Monaco, le comédien Yvan Attal a salué les internautes de Nice-Matin... malgré un trac évident.

Avant la première de la pièce Race au théâtre Princesse-Monaco, le comédien Yvan Attal a salué les internautes de Nice-Matin... malgré un trac évident. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDEO. Yvan Attal à Monaco: "La discrimination positive est aussi un problème"

Avant la première de "Race" au théâtre Princesse-Grâce ce jeudi soir à Monaco, Ivan Attal nous a accordé une longue interview dans la suite prestige de l'hôtel Métropole (malgré le trac qui précède une représentation), à paraître dans les pages détente de notre édition Nice-matin de samedi.

Avant la première de "Race" au théâtre Princesse-Grâce ce jeudi soir à Monaco, Ivan Attal nous a accordé une longue interview dans la suite prestige de l'hôtel Métropole (malgré le trac qui précède une représentation), à paraître dans les pages détente de notre édition Nice-Matin de samedi.

Dans cette pièce écrite par le dramaturge américain David Mamet, Yvan Attal campe un avocat qui doit défendre un homme blanc, accusé de tentative de viol sur une jeune femme noire.

"C'est un sujet qui pose des questions importantes sur le racisme, la justice, notre époque, la vie des gens car dès lors que des membres blancs du jury voudraient innocenter l'accusé, ils seraient forcément taxés de racisme. La discrimination positive est aussi un problème", estime le comédien, qui foule véritablement les planches, 25 ans après avoir fait une timide apparition dans la pièce Biloxi Blues de Neil Simon.

L'acteur parfois qualifié de Al Pacino français (ce qui a le don de l'agacer), a également précisé qu'il se consacrait à l'écriture d'un polar afin de réaliser son quatrième film de metteur en scène. Il revient aussi sur son amour du cinéma américain.

A noter que l'acteur donne une seconde représentation de "Race" ce vendredi soir au théâtre Princesse-Grace (à 21 h, tarifs de 20 à 35 euros, renseignements et réservations au 377 93 25 32 27, www.tpgmonaco.mc

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.