“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Une sculpture de forme phallique "vandalisée" à Monaco

Mis à jour le 03/09/2015 à 09:24 Publié le 03/09/2015 à 09:21
sculpture vandalisee monaco phallique penis 150903
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une sculpture de forme phallique "vandalisée" à Monaco

Kim Boulukos est "dégoûtée". L’une des œuvres de l’artiste, exposée à Monaco, s’est retrouvée par terre. "Vandalisée", assure-t-elle. C’était dans la nuit du 5 au 6 août dernier, rue Princesse-Caroline.

Kim Boulukos est "dégoûtée". L’une des œuvres de l’artiste, exposée à Monaco, s’est retrouvée par terre. "Vandalisée", assure-t-elle. C’était dans la nuit du 5 au 6 août dernier, rue Princesse-Caroline.

A l'époque, l’une de ses sculptures est exposée là, dans le cadre de l’exposition "RoUgE" organisée par l’association Artistes en Mouvement. L’œuvre représente une moitié d’os, rouge, qui pointe vers le ciel. Et le matin du 6 août, on la retrouve au sol.

Kim Boulukos en est sûre: son œuvre a été dégradée volontairement. La sculpture pèse dans les 100 kg, plus un socle d’une cinquantaine de kilos. "Ca ne peut pas tomber comme ça", souffle-t-elle.

Il y a aussi la forme de l’œuvre. "Phallique", selon certains avis qu’elle a reçus. Cette forme, poursuit l'artiste franco-américaine, aurait pu "attirer" des "jeunes en vacances, saouls" et les amener à "dégrader" la sculpture.

Seulement voilà: Kim Boulukos n’a pas déposé plainte, et aucun élément d’une enquête ne peut appuyer cette thèse.


Plus d’infos ce jeudi dans Monaco-Matin

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.