“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une nouvelle partition s’écrit pour les Amis du Festival

Mis à jour le 13/02/2019 à 10:08 Publié le 13/02/2019 à 10:08
Dans les archives de l’association (de gauche à droite) : Arthur Rubinstein; Daniel Barenboim et le trio Mstislav Rostropovitch, André Böröcz et Rudolf Noureev.

Une nouvelle partition s’écrit pour les Amis du Festival

Hier, l’association de soutien et de promotion du Festival de musique de Menton a inauguré la salle André-Böröcz. L’objectif sera, notamment, de rassembler des archives à l’aube de la 70e édition

Ils l’avaient réclamé à cor et à cri... c’est désormais chose faite. Hier matin - dans un concert de louanges - les membres des Amis du Festival ont inauguré leur tout premier siège social, au 3 rue Pasteur. L’association de soutien et de promotion du prestigieux Festival de musique de Menton a baptisé la salle André-Böröcz.

Une ode à l’artiste hongrois qui a fondé le Festival de musique en 1949 puis l’association les Amis du Festival en 1992. « Depuis notre existence, nous n’avions jamais eu d’endroit pour nous retrouver, accueillir du public ou même stocker nos archives. Certaines années, nous avons même dû refuser des documents par manque de place. Cette salle va contribuer au rayonnement du Festival », a confié Josiane Tricotti, présidente de l’association. Et le maire, Jean-Claude Guibal d’ajouter au sujet de la manifestation musicale : « C’est un patrimoine immatériel qui a un rôle déterminant. »

L’ouverture de la salle André-Böröcz permettra de rassembler toutes les archives collectées depuis la création du Festival. Un travail nécessaire à l’approche de la 70e édition qui se déroulera cet été (lire par ailleurs).

Deux projets d’expo

Et le vice-président de l’association, Jacques Ridès d’en profiter pour passer une petite annonce : « Si jamais des habitants possèdent des articles de presse, photos, lettres qu’ils souhaiteraient nous apporter, c’est avec plaisir que nous les accueillons ! »

Avec les documents récoltés, l’association prévoit cette année une exposition à la bibliothèque municipale - autour des livres d’or anciens et nouveaux - mais aussi au Palais de l’Europe sous forme d’hommage à André-Böröcz.

Plus largement, l’association souhaite moderniser son site Internet (1) et revitaliser l’association par des actions auprès des jeunes. « Nous voulons leur donner envie d’aller à l’opéra et d’écouter de la musique classique. C’est pourquoi, nous avons proposé à des étudiants des places gratuites. Nous aidons aussi financièrement de jeunes artistes dans leur carrière. Nous allons poursuivre dans cette dynamique », détaille Josiane Tricotti. Bref, l’association se mettra au diapason de cette année anniversaire exceptionnelle.

Des fragments d’histoire précieux sont réunis dans la salle André-Böröcz. Des clichés inédits de la princesse Grâce de Monaco aux côtés de Maria Callas au concert pour la paix réunissant artistes israéliens et palestiniens sous la baguette du chef d’orchestre Daniel Barenboim... À ce jour, les membres de l’association ont collecté près de 350 photos encadrées. Mais aussi des centaines d’affiches et coupures de presse, des CD ainsi que des lithographies du Festival... « La plupart de ces documents m’ont été confiés. Ils dormaient dans une cave et je suis très heureux qu’ils soient à l’abri dans ce nouveau local », confie Jacques Ridès, vice-président de l’association et membre fondateur. Parmi les gardiens du souvenir, il y a aussi le photographe Christian Merle. « À ce jour, je dois avoir près de 10 000 clichés du Festival et tant de souvenirs qui s’y rattachent », confie le membre de l’association. Et d’ajouter qu’il est vital de protéger ce patrimoine local. Il évoque certaines anecdotes comme Rostropovitch buvant le thé avec André Böröcz durant l’entracte ou Vadim Repin posté a la sortie du Festival pour vendre ses CD... « Au moment de sa création, le Festival de Menton était unique. Les artistes qui venaient se produisaient souvent pour la toute première fois en France. »

Hier, le nouveau local de l’association a été inauguré au 3, rue Pasteur.
(Photo Archive N-M
De haut en bas : Jacques Ridès et Christian Merle, deux gardiens de la mémoire du Festival.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct