“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une exposition sur des planches de dessins de la série Anuki

Mis à jour le 23/05/2018 à 05:08 Publié le 23/05/2018 à 05:08
Stéphane Sénégas et Frédéric Maupomé ont reçu la médaille de la ville, remise par le maire Gérard Spinelli, en présence de Patricia Veneziano, conseillère municipale déléguée à la Culture, et Stephan Gaffoglio, responsable du service culturel. Dans l'exposition, les 45 planches originales sont extraites des tomes 3 à 7 de la série « Anuki ».

Stéphane Sénégas et Frédéric Maupomé ont reçu la médaille de la ville, remise par le maire Gérard Spinelli, en présence de Patricia Veneziano, conseillère municipale déléguée à la Culture, et Stephan Gaffoglio, responsable du service culturel. Dans l'exposition, les 45 planches origin... S.I

Une exposition sur des planches de dessins de la série Anuki

beausoleil

Une belle exposition a marqué l'ouverture de la 9e édition du Festival du Livre Jeunesse à la Galerie du Service culturel : une quarantaine de planches originales des dessins de Stéphane Sénégas, illustrateur, réalisées pour l'album de BD muette « Anuki », le fameux petit indien. « Anuki », cette série créée avec l'écrivain et scénariste Frédéric Maupomé, compte déjà 7 tomes.

C'était une occasion de découvrir le premier stade du travail d'illustration, le crayonné, avant l'encrage, la mise en couleurs et l'impression. En amont du vernissage, les deux créateurs ont présenté à une centaine d'élèves, « Anuki, la course du printemps », une lecture dessinée en direct, au théâtre Daner.

La BD sans paroles brillamment scénarisée, est accessible aux primo lecteurs (les tout-petits qui ne savent pas encore lire) qui peuvent ensuite raconter l'histoire aux autres, avec fierté… c'est ce qui avait inspiré et motivé Stéphane Sénégas, qui travaille en binôme avec Frédéric Maupomé depuis 15 ans.

L'histoire drôle d'un petit Indien

Originalité du style, douces rondeurs et finesse du dessin au trait épuré, précis et expressif, sans oublier la grâce des mouvements, sont autant de qualités reconnues de ces illustrations… d'une histoire inventive, drôle d'un petit Indien doté de caractères, qui rencontre à chaque épisode un animal avec lequel la problématique engendre un apprentissage de la vie. Né à Carcassonne, Stéphane Sénégas griffonnait déjà au lycée, avant d'intégrer l'école Émile Cohl à Lyon. Peintre, graphiste, dessinateur de presse, il travaille aussi bien pour la publicité que pour le dessin animé, la bande dessinée ou l'édition jeunesse. Depuis, il parcourt les classes pour conter aux enfants la naissance d'un livre, d'une histoire, d'un dessin, d'un personnage, les initier à l'envers du décor. Dans ses bagages, on compte une trentaine d'albums parmi lesquels « Pirateries » qui a reçu les honneurs de la sélection de l'Éducation nationale, et bien sûr « Anuki », dont le 8e tome « Petit frère » sortira en septembre, sur le thème de la fraternité.

Frédéric Maupomé au scénario, est écrivain. L'essentiel de sa production pour un temps : lettres d'amour enflammées et odes aux suicides ; plus tard « La vie c'est de la merde » et aussi « Mais qu'est-ce qu'il a de plus que moi ? ». Son bac en poche, il se lance dans le café-théâtre, l'improvisation théâtrale et l'activisme politique.

Après les études, il décide d'écrire pour les enfants, crée des animations pour la jeunesse, le documentaire, et c'est à Toulouse qu'il rencontre Stéphane Sénégas. Ensemble, ils sortent un premier album « Pirateries », puis un second « Jungleries », jusqu'à la série « Anuki ». À ce jour, il a publié seul ou accompagné plus d'une vingtaine d'ouvrages de littérature jeunesse.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct