Une exposition de photos pour clôturer l'hommage du centenaire de la disparition du prince Albert Ier

Vingt-huit images insolites de l’ancien souverain sont exposées jusqu’au 29 novembre à la galerie des Pêcheurs pour achever à Monaco les hommages du centenaire de sa disparition.

Article réservé aux abonnés
C.V. Publié le 12/10/2022 à 14:00, mis à jour le 12/10/2022 à 14:05
Le prince Albert II a visité lundi soir l’exposition consacrée à son trisaïeul. Photo Jean-François Ottonello

Ce sont des images qui proviennent d’une époque ou il n’y avait ni l’information en continu, ni les réseaux sociaux… mais déjà la photographie. Une technique qui permettait de consigner le quotidien du prince Albert Ier, proactif au début du XXe siècle.

Le comité qui encadre les célébrations de son centenaire a sélectionné dans les archives princières vingt-huit clichés - plutôt insolites - de cette époque pour constituer une exposition accrochée jusqu’au 29 novembre dans la galerie des Pêcheurs.

L’exercice avait déjà été fait l’an passé. Pour cette deuxième tournée, une nouvelle sélection a été faite, dans une grande diversité de thématiques. Avec un dénominateur commun: "interroger les thématiques familières de l’activité de l’ancien souverain tout en explorant des pistes moins empruntées pour montrer des facettes intimes et singulières".

 
Illustration Photo Jean-François Ottonello.

Avec un chef indien ou un prix Nobel

Le résultat est déroulé sur les murs de la galerie qui relie le parking des Pêcheurs à Monaco-ville. Sur les photos en noir et blanc, on retrouve le prince Albert Ier à bord du princesse Alice en 1910 après la pêche d’un globicéphale pour prendre ses mesures anatomiques, à la pêche sur les bords du lac d’Airoto en Catalogne, en 1916. Ou prenant la pose devant le Musée océanographique en construction en avril 1902, alors qu’il reçoit les participants du XIe Congrès universel de la paix. Parmi lesquels les Prix Nobel Bertha von Suttner ou Frédéric Passy.

Sur d’autres images, on retrouve Albert Ier avec le chef indien Plenty Coups de la tribu des Crows, lors de son séjour dans le Wyoming en 1913. Ou en compagnie de Camille Blanc, qui présidait la SBM, sur les terrasses du Casino la même année. Une plongée dans le passé plutôt amusante.

L’exposition, placée sous le commissariat de Thomas Fouilleron, Stéphane Lamotte et Vincent Vatrican, a été produite avec le concours des équipes de l’Institut audiovisuel de Monaco. Elle mérite le coup d’œil pour s’attarder sur ces tranches de vie quotidienne captées il y a plus d’un siècle, devenues des témoignages historiques.

Illustration Photo Jean-François Ottonello.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.