“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un dimanche de musiques amoureuses…

Mis à jour le 22/01/2018 à 05:05 Publié le 22/01/2018 à 05:04
C'est l'Australienne Simone Young qui a dirigé avec brio ce concert.

C'est l'Australienne Simone Young qui a dirigé avec brio ce concert. A.P.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Un dimanche de musiques amoureuses…

Avec « Perfido », « Fidelio » et la « Petite Sirène », le programme du concert d'hier du Philharmonique débordait d'histoires sentimentales

Perfide, parjure, scélérat ! » Qu'elle avait l'air en colère la soprano Elza van den Heever, lorsqu'elle interprétait, hier, en l'auditorium Rainier-III, l'air « Ah, Perfido » de Beethoven, dans lequel une femme clame son désespoir d'avoir été abandonnée par son mari ! Elle était enveloppée par les répliques enflammées de l'Orchestre philharmonique.

L'instant d'après, elle exaltait, au contraire, la fidélité amoureuse absolue au travers d'un air de l'opéra de Beethoven, précisément intitulé « Fidelio ».

La soprano emplissait l'auditorium de sa voix héroïque. Voilà une chanteuse en début de carrière qui est digne de figurer sur les scènes lyriques internationales.

Une autre œuvre « amoureuse » figurait au programme. Ici, c'était l'expression de l'amour déçu au travers de la « Petite Sirène », œuvre du compositeur autrichien Zemlinsky, à l'orchestration splendide, inspirée du conte d'Andersen dans lequel la fille des ondes n'arrive pas à convaincre de son amour le prince qu'elle a sauvé d'un naufrage.

Une femme à la baguette

Fait exceptionnel, le concert d'hier était dirigé par une femme, l'Australienne Simone Young. Avec des gestes plus arrondis que précis convenant mieux à la fluidité de la « Petite Sirène » qu'à la rectitude des partitions beethovéniennes, elle sut créer quelques belles atmosphères dans l'œuvre de Zemlinsky.

Avec le Philharmonique, nous avons passé hier un dimanche de musiques amoureuses.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.