“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un demi-siècle de rallye à découvrir à Monaco

Mis à jour le 22/12/2019 à 10:17 Publié le 22/12/2019 à 10:16
Une cinquantaine de voitures de rallye sont exposées pour trois mois.

Une cinquantaine de voitures de rallye sont exposées pour trois mois. Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un demi-siècle de rallye à découvrir à Monaco

L’exposition La Légende des rallyes est visible jusqu’au 15 mars dans le musée des Terrasses de Fontvieille. Après Bugatti et Ferrari, place aux reines de l’asphalte, de 1956 à nos jours

Les passionnées de belles mécaniques sont encore en émoi à l’évocation des dernières expositions de la Collection de voitures du prince de Monaco dédiées successivement aux mythes Bugatti et Ferrari.

Unique au monde, la concentration de cinquante bijoux frappés du cheval cabré, début 2019, avait d’ailleurs tellement ébahi professionnels et profanes que l’exposition avait dû jouer les prolongations. C’est dire si la barre était haute au moment de plancher sur le prochain thème.

Finalement, le choix s’est porté sur l’univers du rallye et, ces derniers jours, les visiteurs des Terrasses de Fontvieille ont pu avoir un savoureux aperçu du plateau concocté.

De 1956 à nos jours

Une cinquantaine de reines de l’asphalte ont ainsi gonflé la déjà impressionnante collection permanente du musée de l’auto monégasque.

D’une 4 CV de 1956 à l’actuel baquet du nonuple champion du monde WRC, Sébastien Loeb ; des groupes B de 600 ch aux modèles WRC modernes de 300 ch, c’est toute l’histoire du rallye qui a rendez-vous à Monaco.

Un catalogue d’émotions pour les fans de courses contre la montre, particulièrement dans une région réputée comme une terre de rallye.

« C’est un projet qui est né avec le pilote Jean-Jacques Bally, qui en avait parlé avec Philippe Renzini, l’ancien directeur », note la nouvelle directrice de la collection de voitures du prince de Monaco, Valérie Closier.

Tour à tour co-pilote de son père, Michel, de Jean-Claude Andruet, Jean-Jacques Bally ou encore François Delecour, cette passionnée a pu mesurer la ferveur populaire et intemporelle autour du rallye et de ses légendes.

Indéfectible popularité

« J’ai gagné le Rallyspirit avec François Delecour, l’année dernière au Portugal, et c’était impressionnant, les gens l’arrêtaient toutes les deux secondes pour le saluer. » Un véritable « syndrome Poulidor » pour « Freine tard », vice-champion du championnat du monde 1993, dont la cote d’amour semble toujours supérieure à celle d’un Didier Auriol, pourtant sur le toit du monde l’année suivante.

Moins élitiste que la Formule 1, le rallye a su en effet conserver ce lien entre fans et pilotes, cette proximité jusqu’au bord de l’asphalte.

« Ce qui est bien, c’est que l’exposition tombe en même temps que le Monte-Carl’ moderne et historique », se réjouit d’ailleurs Valérie Closier, qui espère déjà réunir quelques chasseurs de chrono, pourquoi pas en partenariat avec l’Automobile Club de Monaco.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.