“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Trompette de la renommée au Palais princier

Mis à jour le 07/08/2017 à 05:19 Publié le 07/08/2017 à 05:19
L'extraordinaire trompettiste français David Guerrier était, hier soir, le soliste invité du dernier concert de l'été

L'extraordinaire trompettiste français David Guerrier était, hier soir, le soliste invité du dernier concert de l'été Cyril Dodergny

Trompette de la renommée au Palais princier

La trompette a sonné, hier soir, dans la cour d'honneur du Palais princier.

La trompette a sonné, hier soir, dans la cour d'honneur du Palais princier. Pas la trompette du Jugement dernier mais celle du dernier concert. Hier soir prenait fin, en effet, la saison d'été du Philharmonique de Monte-Carlo.

Le soliste était le plus célèbre des trompettistes français, David Guerrier. Quand David s'en va-t-en guerre, il ne déploie pas la grosse artillerie mais s'avance en jouant le simple concerto du compositeur du XVIIIe. siècle Jan-Nepomuk Hummel. Il met toutefois une telle ardeur, un tel brio, une telle aisance qu'on en est ébloui.

La trompette de Guerrier est celle de la renommée

Il fait également preuve d'une finesse et d'une musicalité qui pourraient donner des complexes à beaucoup de flûtistes ou de violonistes ! Les murs séculaires de la cour d'honneur ont vibré au son de sa trompette.

Après quoi, le Philharmonique de Monte-Carlo a répandu dans la Cour les harmonies grandioses de la 4e symphonie de Beethoven. L'orchestre était dirigé par Marc Albrecht - chef dont le passage par les festivals de Bayreuth et de Salzbourg a assuré sa propre renommée. Puis les musiciens ont rangé leurs instruments et leurs pupitres jusqu'à la fin de l'été et jusqu'au début de la saison nouvelle qui, on le sait déjà, sera riche.

« Vous avez la chance d'avoir tout au long de l'année un tel orchestre symphonique, nous disait hier soir un auditeur étranger en franchissant pour la dernière fois de l'été la porte monumentale de la cour, gardée par des soldats en tenue blanche ».

Il avait raison…


La suite du direct