Trois ans de travail en amont

Julien Cellario, commissaire général du pavillon de Monaco à l'Exposition universelle et directeur général de Monaco Inter Expo (MIE), se réjouit de voir les containers arriver au Burkina Faso.

Article réservé aux abonnés
Publié le 03/03/2016 à 05:13, mis à jour le 03/03/2016 à 05:13
Le pavillon de Monaco est en cours de démontage.
Le pavillon de Monaco est en cours de démontage. Jean-François Ottonello

Julien Cellario, commissaire général du pavillon de Monaco à l'Exposition universelle et directeur général de Monaco Inter Expo (MIE), se réjouit de voir les containers arriver au Burkina Faso. « L'intégralité de ce projet a été pleinement réfléchie dès le départ. Il a fallu trois ans de travail pour concevoir un bâtiment qui pourrait représenter la Principauté à l'Exposition universelle de Milan dans un premier temps et qui pourrait être réutilisé dans un second temps. Nous avons collaboré avec la Croix-Rouge monégasque qui était capable d'identifier un pays partenaire dans lequel on pourrait créer ce centre. »

Fort d'un bilan très positif, plus d'un million de visiteurs et six prix obtenus, le Pavillon a su démontrer l'engagement et le savoir-faire monégasque. « Avec ce projet d'envoyer les containers et du matériel au Burkina Faso, on a surpris beaucoup de monde. Les autres pays participants nous ont dit qu'ils étaient impressionnés, se réjouit Julien Cellario. C'est une formidable manière de mettre en avant la Principauté, autrement que par les clichés qui sont souvent véhiculés. »

Le directeur général de MIE travaille déjà d'arrache-pied pour l'exposition universelle d'Astana au Kazakhstan en 2017. À cette date, le centre du Burkina Faso sera quasiment opérationnel.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.