“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Trésors d'épaves: l'archéologie perce le monde du silence

Mis à jour le 01/03/2016 à 05:07 Publié le 01/03/2016 à 05:07
Le club Anao, agréé par le ministère de la Culture et affilié à la Fédération des activités subaquatiques de Monaco, très actif, a mis au jour de nombreuses pièces enfouies dans les fonds méditerranéens. Les plongeurs exposeront le résultat de 25 années de fouilles au musée de Menton. Ci-dessous, Eric Dulière directeur de mission.

Le club Anao, agréé par le ministère de la Culture et affilié à la Fédération des activités subaquatiques de Monaco, très actif, a mis au jour de nombreuses pièces enfouies dans les fonds méditerranéens. Les plongeurs exposeront le résultat de 25 années de fouilles au musée de Menton.... Photo DR

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Trésors d'épaves: l'archéologie perce le monde du silence

Un projet d'exposition permanente de vestiges immergés devrait voir le jour en juin au Musée de préhistoire de Menton. Il est par le club d'archéologie sous-marine Anao, membre de la Fédération monégasque des activités subaquatiques

C'était un rêve. Un vœu pieux. Un idéal de passionnés qui veulent transmettre le fruit de leurs recherches au plus grand nombre et démocratiser une discipline encore trop confidentielle et si peu accessible.

Et Menton va certainement devenir l'un des phares de l'archéologie sous-marine en France. À tout le moins dans le Sud-Est et a fortiori sur la Côte d'Azur.

Ce ne serait en fait que l'accomplissement d'un processus engagé depuis vingt-cinq années entre le Musée régional de la préhistoire de Menton et le club d'archéologie subaquatique Anao qui est membre de la Fédération monégasque des activités subaquatiques.

Celui-ci mène chaque année, avec l'autorisation des services de l'État et notamment du ministère de la Culture, des chantiers de fouilles immergées sur des sites répertoriés près des côtes maralpines. Le résultat de ces campagnes a été soigneusement déposé dans les réserves du musée mentonnais pour y être conservé.

Dès le mois de juin, le public pourra découvrir au cœur du Musée de la préhistoire ces vestiges archéologiques arrachés aux profondeurs de la Méditerranée à travers l'exposition « Trésors d'épaves » qui sera lancée le 18 du même mois. Des dizaines d'épaves et de gisements sous-marins que les archéologues sous-marins d'Anao présenteront sous la forme d'une collection permanente à Menton. Un concentré d'histoires maritimes qui retracera naufrages et autres batailles navales qui ont émaillé l'histoire maritime de notre littoral.

 

Le club Anao, agréé par le ministère de la Culture et affilié à la Fédération des activités subaquatiques de Monaco, très actif, a mis au jour de nombreuses pièces enfouies dans les fonds méditerranéens. Les plongeurs exposeront le résultat de 25 années de fouilles au musée de Menton. Ci-dessous, Eric Dulière directeur de mission.
Le club Anao, agréé par le ministère de la Culture et affilié à la Fédération des activités subaquatiques de Monaco, très actif, a mis au jour de nombreuses pièces enfouies dans les fonds méditerranéens. Les plongeurs exposeront le résultat de 25 années de fouilles au musée de Menton. Ci-dessous, Eric Dulière directeur de mission. Photo DR

Au-delà des clichés

Pour Eric Dulière, organisateur de l'exposition, il fallait dépasser le déjà-vu. Le préconçu de l'inconscient collectif en terme d'archéologie. « Nous avons choisi de sortir du contexte de l'Antiquité afin de proposer des périodes de l'Histoire plus rares et plus intéressantes pour notre région située géographiquement entre les Alpes et la Méditerranée. L'originalité de cette exposition réside essentiellement par les périodes sélectionnées. Par exemple, le mobilier archéologique est daté du XVe au XVIIIe siècles. Une période charnière pour les échanges en Méditerranée. C'est le fruit de milliers d'immersions sous-marines effectuées par mon équipe afin de découvrir, enfouis sous la vase et le sable, ces trésors archéologiques rarissimes qui prouvent la grande diversité de notre patrimoine subaquatique. »

Les vaisselles les plus rares produites par les grandes villes du bassin méditerranéen seront ainsi présentées dans des décors originaux. Mais également des pièces de marine en bronze et en argent, des bijoux, des boulets de canon en pierre, des centaines de pipes en terre, des verreries de Venise… Un ensemble archéologique unique présenté dans des décors marins et illustrés de photographies sous-marines.

Pour Jean-Claude Guibal, député-maire de Menton et co-initiateur de cette présentation, « l'exposition Trésors d'épaves présentera les plus beaux vestiges d'archéologie sous-marine de la région. Elle sera une vitrine tournée vers la Méditerranée, un hommage rendu aux peuples de la mer qui ont créé des routes maritimes reliant les hommes et les civilisations. Grâce aux recherches menées par des passionnés, de précieux témoignages du passé ont été sauvés de l'oubli pour être, aujourd'hui, révélés à un large public qui saura en apprécier la valeur et la beauté ».

Et qui sait, pourquoi pas prolonger l'aventure en faisant de Menton « le coffre-fort des réserves d'archéologie sous-marine de la France ? », soutient encore Eric Dulière, estimant que c'est en bonne voie.

Photo DR

Sur les traces du commerce maritime

Au printemps dernier, un émissaire du ministère de la Culture, spécialiste des pièces et de l’archéologie sous marine, était venu dans la cité des citrons pour procéder à un inventaire précis des collections déposées au musée.

Vestige après vestige, Gaëlle Dieulefet, docteur en archéologie sous-marine, avait ainsi répertorié chaque pièce afin de créer une base de données unique. Le but final d’un tel travail : élaborer rapidement une convention entre la ville de Menton et le ministère de la Culture.

Avec cette signature officielle, Menton deviendra le dépôt du patrimoine sous-marin du département des Alpes-Maritimes. Un coffre-fort patrimonial qui renfermera des trésors sous-marins inestimables.

Des plus rares amphores antiques grecques et romaines, sans oublier le Moyen-Âge, la Renaissance et les époques modernes… Toutes les grandes civilisations de la Méditerranée seront étudiées en ce lieu afin de devenir une véritable bible de l’archéologique sous-marine française.

Ces vestiges sont les témoins incontournables des civilisations de la mer, sous les eaux.Ils retracent les périples les plus lointains de ces valeureux marins à travers les siècles. La région a été un carrefour pour tous les peuples de la mer.

Les échanges commerciaux par voie terrestre étaient difficiles et périlleux. Les Alpes formant une barrière naturelle à un développement commercial important. La mer n’avait pas de frontière et, des siècles plus, tard, enfouis sous la vase et le sable, ces témoignages sont découverts lors de fouilles officielles.

Photo DR

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.