Rubriques




Se connecter à

Thibault de Montalembert impeccable dans L’Absente, la nouvelle série phare de France 2

Personnage iconique de la série Dix pour cent, l’acteur est impeccable en père brisé dans L’Absente, la nouvelle série phare de France 2 qui débute ce lundi en prime time.

Mathieu Faure Publié le 18/09/2021 à 12:45, mis à jour le 18/09/2021 à 13:04
Thibault de Montalembert, l’homme qui sait tout jouer. Photo France 2

Une carrière sur les planches, au cinéma et à la télévision longue comme les bras mais Thibault de Montalembert demeure à jamais marqué par le personnage de Mathias Barneville dans Dix pour cent, la série phénomène créée par la Varoise Fanny Herrero. "C’est un rôle charnière, il y a un avant et un après dans ma carrière car ce rôle m’a donné accès au grand public", avance-t-il au bout du fil. La voix est grave, posée, presque poétique.

C’est donc sur France 2, ce lundi soir, que le grand public va avoir la chance de (re)découvrir cet acteur incroyable, capable de passer de Miss aux Aventures du jeune Voltaire avec une vraie facilité. Avec L’Absente, l’acteur renoue avec le thriller assez noir. L’histoire d’une petite fille kidnappée puis retrouvée à quelques kilomètres de chez ses parents onze ans plus tard…

Un personnage à deux temporalités

De Montalembert campe Laurent Masson, le père de la fillette kidnappée. À ses côtés, un casting impressionnant puisqu’il donne la réplique à Clotilde Coureau, Marie Denarnaud et Salomé Dewaels. "C’était un gros challenge comme série, rembobine l’acteur. Plus c’est compliqué, plus ça m’intéresse. Ce projet me permet d’aller dans d’autres univers, de découvrir le monde des marins."

 

Tournée sur les plages du Nord, la série installe un cadre sombre, rude, dur, ouvert aux vents. Le personnage de Laurent Masson s’écrit sur une double temporalité, à onze ans d’écart, pour comprendre comment ce père de famille s’est complètement disloqué après la disparition de sa fille.

"L’un enrichit l’autre, c’est enrichissant de jouer le même personnage à dix ans d’écart." Comment construire Laurent Masson? "J’apporte du matériel pour me nourrir. Pour ce personnage, j’ai lu le livre du père d’Estelle Mouzin pour comprendre son parcours, ce par quoi il est passé mais j’ai besoin aussi de me mettre dans une ambiance sonore. Pour L’Absente, j’avais une playlist assez sombre, avec beaucoup de musique nordique et notamment de l’Islandaise Hildur Gudnadóttir qui a composé la bande-son de Joker et Chernobyl. J’ai également beaucoup lu de littérature maritime, c’est un ensemble." De quoi donner de l’épaisseur au personnage de Laurent, cet homme sur qui pèse une forme d’ombre et qui voit sa fille partout, et nulle part.

Mais De Montalembert est un homme qui vit surtout avec son temps, conscient de l’explosion des séries lui qui vient d’être juré au dernier festival Séries Mania de Lille. Ses récents coups de cœur? "ZeroZeroZero sur un livre de Roberto Saviano, The Morning Show, Blackport, une série nordique primée récemment à Séries Mania mais aussi The Echo Of Your Voice, une création israélienne et Anna, une série italienne bientôt diffusée sur Arte."

Un artiste curieux à qui on avait forcément envie de demander si Dix pour cent, conclut en 2020, allait finalement avoir une suite. "Il n’y aura pas de saison cinq mais un film pour la télévision car on sait que le public avait besoin de quelque chose pour fermer le livre. Il faut savoir s’arrêter avant que ça ne devienne médiocre, conclut-il. J’ai toujours aimé surprendre et me surprendre". Avec L’Absente, c’est le cas.

 

L’Absente, ce lundi, à 21h05, sur France 2.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.