“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ted Lasso: une série humoristique et résolument optimiste autour de l'univers du foot débarque sur Apple TV +

Mis à jour le 15/05/2021 à 18:20 Publié le 16/05/2021 à 10:00
Un pitch improbable (un entraîneur de foot US débarque sur le banc d’une équipe anglaise) porté par le génial Jason Sudeikis fait de cette première création d’Apple TV + une réussite.

Un pitch improbable (un entraîneur de foot US débarque sur le banc d’une équipe anglaise) porté par le génial Jason Sudeikis fait de cette première création d’Apple TV + une réussite. (Photo DR)

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Ted Lasso: une série humoristique et résolument optimiste autour de l'univers du foot débarque sur Apple TV +

Un pitch improbable (un entraîneur de foot US débarque sur le banc d’une équipe anglaise) porté par le génial Jason Sudeikis fait de cette première création d’Apple TV + une réussite.

Sport le plus populaire du monde, le football peine à trouver une fiction à son niveau. Il y a bien eu des immersions comme Sunderland’til I Die sur Netflix mais aucune fiction digne de ce nom... jusqu’à Ted Lasso, disponible sur Apple TV +, et dont la deuxième saison est attendue le 23 juillet après le franc succès de la première saison sortie l’an dernier. Le pitch de départ est pourtant risqué, l’histoire d’un coach de football américain, gentil et moustachu, qui débarque de son Kansas pour devenir entraîneur d’une équipe de football de la prestigieuse Premier League au sein du club fictif de l’AFC Richmond.

Ted Lasso, joué par le génial Jason Sudeikis, ne connaît pas les règles du football ni les us et coutumes de l’Angleterre, c’est donc la rencontre de deux mondes distincts. Ted Lasso fut l’une des premières créations originales d’Apple TV + et a immédiatement rencontré son public mais aussi un réel succès puisque Jason Sudeikis a été récompensé comme meilleur acteur dans une série comique aux Golden Globes.

De Spin City à Ted Lasso

Derrière ce projet, un homme qui sait comment se fabrique une série: Bill Lawrence. On lui doit notamment Spin City, Scrubs ou encore Cougar Town. Mais le défi était de taille: comment des Américains allaient pouvoir s’attaquer à un sport européen au sein d’une œuvre de fiction? Le destin a donné un petit coup de pouce à l’écriture puisque l’oncle de l’un des producteurs fait partie des propriétaires de Crystal Palace, une équipe londonienne de première division et la série a d’ailleurs été tournée là-bas. Tout comme Spin City qui racontait les coulisses de la mairie de New York ou Scrubs qui s’attaquait à l’envers du décor du monde hospitalier, Ted Lasso raconte les coulisses d’un club de football.

Une série sur l’optimisme

Du coup, il fallait trouver une trame qui permet d’expliquer le football européen à un public américain par forcément friand de la discipline. Comment? En se plongeant dans le quotidien de Ted Lasso, ce coach du Midwest, naïf et candide, qui débarque à la tête d’un club de football populaire alors qu’il ne connaît pas les règles du sport.

Sa nomination est d’ailleurs tout sauf le fruit du hasard puisque Rebecca Welton, la richissime propriétaire du club (divinement jouée par l’élégante Hannah Waddingham, connue pour son Shame, Shame, Shame sur le passage de Cersei dans Game of Thrones), vit un divorce douloureux et veut tout faire pour ruiner le club de son futur ex-mari.

C’est pour ça qu’elle décide de nommer un coach novice, sans aucune connaissance du football, pour précipiter le club à sa perte. Lors de sa première conférence de presse, Ted Lasso découvre l’étendue de son ignorance. Il est naturel, spontané, véritablement gentil, n’hésitant pas à confier à la presse tabloïd que sa tactique lui a été soufflée par l’intendant tout en confiant à sa présidente que le thé a un goût dégueulasse.

Reste son principal chantier: gérer un vestiaire. Là encore, Lawrence réussit le tour de magie de dépeindre un puzzle intéressant. De Roy Kent, capitaine taciturne et sur le déclin, à Jamie Tartt, attaquant doué mais égoïste et égocentrique en passant par Sam Obisanya, jeune défenseur nigérian souffrant du mal du pays, on retrouve les différents profils - parfois stéréotypés - qui composent une équipe de football.

Eux, vont apprendre à découvrir un coach qui ne sait pas forcément où il a mis les pieds. Dès le pilote, Ted est présenté comme un vrai gentil, toujours positif et faussement bête. En réalité, Ted incarne un optimisme permanent qui, en période de pandémie, fait un bien fou. "On a eu le sentiment qu’il était temps d’écrire quelque chose sur l’optimisme, l’espoir, le pardon et l’empathie, lance Bill Lawrence dans L’Equipe Magazine. On ne savait pas si ça allait marcher mais l’expérience a été thérapeutique pour nous tous. Au pire, on a fait une série qu’on aime et qui nous a fait nous sentir un peu mieux". Finalement, comme dans Ballers, on monte très peu d’images de terrain.

L’essentiel est ailleurs. Dans les rapports humains. Il y a beaucoup d’humour, de tendresse, d’absurdité dans la création de Bill Lawrence. Et puis il y a surtout Jason Sudeikis, génial acteur qui a percé au Saturday Night Live et qui brillait, jusqu’ici, dans des créations chorales comme 30 Rock, The Last Man On Earth ou Comment tuer son boss. Cette fois, Sudeikis et sa moustache tiennent la série à bout de bras et permettent de passer un vrai bon moment.

Ted Lasso, disponible sur Apple TV +.

Sudeikis, l’homme caméléon

Véritable dégaine d’Américain du Midwest avec sa moustache, son pantalon beige et ses lunettes d’aviateur, Jason Sudeikis brille dans Ted Lasso. L’acteur de 45 ans tient enfin son titre phare, en solo, après avoir brillé dans beaucoup de productions en chorale, notamment au cinéma. On pense notamment à Les Miller, une famille en herbe avec Jennifer Anniston, ou les deux numéros de Comment tuer son boss avec Jason Bateman ainsi que Les Cerveaux avec Kristen Wiig et Owen Wilson ou encore Moi, député, avec Will Ferrell et Zach Galifianakis.

A la télévision, on lui doit notamment des brillantes participations dans 30 Rock, The Last Man On Earth mais aussi dans The Mandalorian où il campe un un scout-troopers. Pur produit du stand-up, il s’est d’abord fait un nom, au début des années 2000, au sein de l’émission de divertissement à sketchs hebdomadaire américaine culte Saturday Night Live où son talent d’imitation et de la parodie en a fait une valeur sûre de la scène américaine.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.