Rubriques




Se connecter à

Tapis rouge pour Goscinny, "l'auteur contemporain le plus lu au monde" et tous ses amis, à Cannes

Le 6e musée éphémère du cinéma de Cannes met en lumière le scénariste de génie et sa passion de toujours pour les films. Plongée dans l’univers des BD de l’auteur français contemporain le plus lu au monde.

Marianne Le Monze Publié le 03/08/2021 à 17:20, mis à jour le 03/08/2021 à 18:04
La silhouette d’Idéfix, ponctue le musée éphémère du cinéma de Cannes à découvrir au Palais des festivals jusqu’au 29 août. Photo Cyril Dodergny

Vous ne lirez plus les bandes dessinées de René Goscinny du même œil après avoir vu l’exposition qui lui est consacrée au Palais des Festivals jusqu’au 29 août. Il y a du Fellini, du Sergio Leone, du John Ford dans les planches des Astérix ou des Lucky Luke. Et le sixième musée éphémère du cinéma de Cannes, en révélant dès ce mercredi 4 août "Goscinny et le cinéma, Astérix, Lucky Luke et C", explique pourquoi.

Des documents très rares 

Sur 800m2, dans une ambiance fraîche aux lumières tamisées pour une meilleure conservation des œuvres originales, sur tapis d’un rouge profond, le visiteur découvre que "le cinéma est partout dans les œuvres de Goscinny", à travers plus de 300 documents évocateurs de la vie du scénariste, humoriste, réalisateur et producteur: dessins originaux, bandes dessinées, story-boards, extraits de films, diorama, costumes de films.

Le tout mis en scène par Pascal Rodriguez, architecte-scénographe, sous la houlette de trois commissaires d’exposition: Jean-Pierre Mercier, Frédéric Bonnaud, directeur de la cinémathèque, et Aymar du Chatenet, responsable de l’Institut René-Goscinny.

 

Des documents, parfois très rarement montrés, qui permettent de mieux comprendre l’auteur et son œuvre. Mais aussi la source cinématographique qui n’a jamais cessé d’irriguer l’esprit fertile du père du Petit Nicolas, Iznogoud, Astérix, Lucky Luke, etc.

Une exposition, réalisée avec la complicité de la cinémathèque, de la Ville de Cannes et de Cannes Cinéma, à voir en famille pour retrouver son âme d’enfant et ses joies spontanées. Et filer ensuite relire toutes les BD et revoir les films qui les ont nourris.

Des dessins du jeune Goscinny 

Des dessins de Mickey, Dingo et Donald signés du jeune Goscinny. Plus loin, des caricatures de personnalités du cinéma de Clark Gable à Fernandel! Preuve qu’avant de prendre la plume, le futur père d’Astérix, avait testé les pinceaux. "Et avec talent!", note Pascal Rodriguez.

Preuve aussi qu’il aimait le cinéma et le monde de Disney, résume Jean-Pierre Mercier, commissaire général de l’exposition: "Comme son copain Pierre Tchernia lui faisait remarquer: “Vous êtes la génération Mickey": Goscinny est né dans les années 20, comme Mickey!"

 

L’exposition est biographique, "elle avance de la naissance, en 1926, à la mort prématurée de Goscinny en 1977, explique Jean-Pierre Mercier, mais elle est aussi thématique: elle passe de l’univers du Petit Nicolas, à celui d’Astérix, puis de Lucky Luke."

Goscinny est l’auteur français contemporain le plus lu au monde

Il y a un phénomène Astérix qui explose dans les années 60, avec Astérix et Cléopâtre, raconte Jean-Pierre Mercier, pour qui les aventures du Gaulois font faire la bascule entre la BD lue par les enfants et la BD dévorée aussi par les adultes: "Cet album a un succès de librairie phénoménal. Il y a même un papier dans le New York Times de l’époque disant « Crazy French!"

Le premier album de Goscinny a été imprimé à 6.000 exemplaires. Avec Astérix et Cléopâtre on est à 100.000 ou 150.000 exemplaires! Ensuite il y aura des tirages à 300.000. C’est énorme. Goscinny est l’auteur français contemporain le plus lu au monde", assure le commissaire général de l’exposition évoquant "plusieurs centaines de millions d’exemplaires vendus aujourd’hui."

Cléopâtre et Astérix, des personnages, réel et de fiction, qui ont inspiré des films dont certains costumes sont exposés au palais: celui de Cléopâtre porté par Liz Taylor (Cléopâtre, de Joseph L. Mankiewicz, 1963), d’Obélix enfilé par Gérard Depardieu (Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi, 1999, Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre d’Alain Chabat en 2002) ceux d’Astérix, porté par Clovis Cornillac, et de César, endossé par Alain Delon dans Astérix aux Jeux Olympiques de Frédéric Forestier et Thomas Langmann en 2008.

 

"Son but dans la vie, c’était de faire rire. Il était capable de le déclencher dans à peu près n’importe quelle situation. Il disait: “C’est glandulaire, chez moi" », assure Jean-Pierre Mercier. Il évoque les complices dessinateurs Sempé, Uderzo et bien sûr Morris qui donnaient corps aux scénarios de Goscinny et dont les personnages ou les scènes puisaient souvent dans les films qu’il aimait. C’est d’ailleurs très amusant, dans cette exposition, de découvrir les extraits de longs-métrages signés Ford, Leone ou Fellini en vis-à-vis de planches de BD quasi en copier-coller, parfois.

Une exposition ludique pour petits et grands 

Comme cette scène d’orgie de Satyricon qui a grandement inspiré les dessins d’Albert Uderzo dans Astérix chez les Helvètes ou encore des jeux du cirque de Ben-hur, de William Wyler, que l’on retrouve dans Astérix gladiateur. Même chose avec Lucky Luke. Un montage audiovisuel permet de mettre en parallèle les dernières images de westerns et la dernière page de la BD, montrant des "lonesome cow-boy" s’éloignant dans le couchant sur fond de grands espaces américains.

Dans le cadre de l’exposition, les enfants (mais les grands aussi) seront invités à dénombrer les silhouettes d’Idéfix, l’irrésistible toutou d’Obélix, ponctuant le bas de certains murs ou à découvrir le mystère des celluloïds superposés qui déclenchent l’animation d’un dessin sous l’œil de la caméra, notamment au sein des Studios Idéfix créés par Goscinny.

En sortant de l’exposition, ils pourront aussi (et les adultes avec eux) découvrir deux ateliers ludiques. L’un de doublage, histoire de prendre la voix de Lucky Luke, doublée dans le dessin animé par Antoine de Caunes. L’autre, d’initiation au montage, d’une durée d’une heure trente. Pour ce dernier, il faut s’inscrire sur le site de l’association Cannes cinéma, animatrice de ces deux rendez-vous gratuits (www.cannes-cinema.com).

Savoir +

Le musée éphémère du cinéma accueille sa sixième exposition: "Goscinny et le cinéma, Astérix, Lucky Luke et Cie", du 4 au 29 août au Palais des festivals et des congrès, 1, boulevard Croisette à Cannes.

De 14 à 22 heures tous les jours.

Entrée: 2 euros. Gratuit pour les enfants de moins de 5 ans. Pass expos (5 expositions dans Cannes): 10 euros. Livre "Goscinny et le cinéma, Astérix, Lucky Luke et Cie": 39 euros.

Ateliers doublage et montage gratuits, mais il faut s’inscrire à cannes-cinema.com pour l’atelier d’initiation au montage.

Plus d’infos sur cannes.com ou service municipal de la culture 04.97.06.44.90.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.