“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Robbie Williams à Monaco le 31 mai

Mis à jour le 13/12/2013 à 11:04 Publié le 13/12/2013 à 10:29
Que de chemin parcouru depuis le boys' band Take That. En tout cas, il passera par la Principauté en mai prochain.

Que de chemin parcouru depuis le boys' band Take That. En tout cas, il passera par la Principauté en mai prochain. Reuters

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Robbie Williams à Monaco le 31 mai

Le crooner sera sur la scène du Sporting d’été Monte-Carlo le 31 mai. Jean-René Palacio, directeur artistique de la SBM, prouve une nouvelle fois qu’il sait inviter les plus grands

Le crooner sera sur la scène du Sporting d’été Monte-Carlo le 31 mai. Jean-René Palacio, directeur artistique de la SBM, prouve une nouvelle fois qu’il sait inviter les plus grands

Il n'a prévu aucune date en France. Mais Robbie Williams saura combler son public azuréen en interprétant les titres de son dernier album le 31 mai au Sporting d'été Monte-Carlo. Après Tom Jones, Rihanna, Johnny Hallyday, Mariah Carey, la salle de spectacles peut s'enorgueillir d'accueillir les plus grands. Pour Jean-René Palacio, directeur artistique de la société des Bains de Mer - propriétaire du Sporting, c'est l'aboutissement de dix ans de travail avec la production.

Prochaine star invitée de la SBM : Robbie Williams. Un événement pour Monaco ?

Une première à Monaco dont on peut être d'autant plus fier que l'artiste ne se produira pas en France ! Exceptionnellement le 31 mai, il n'y aura pas de dîner proposé.

C'est la star qui manquait à votre catalogue...

On l'attendait depuis dix ans ! Tout le monde me réclamait une date et chaque année, je tentais ma chance. J'ai toujours essuyé un refus. Mais à l'occasion de la sortie du nouvel album, c'est le producteur qui m'a appelé.

Le monde à l'envers ?

En dix ans, notre programmation a beaucoup évolué. Quand on accueille une Rihanna par exemple comme l'été dernier, on est vu d'un autre œil dans le cercle très fermé des stars. Les grosses productions anglo-saxonnes considèrent maintenant le Sporting comme un lieu où il faut se produire. Les choses se sont inversées : nous sommes devenus une salle qui valorise les artistes et leur tournée. J'en suis très fier.

Une décennie pour redorer votre image ?

Ce n'est pas de l'image. Il a fallu dix ans effectivement pour faire évoluer la programmation. C'est un subtil mélange entre les vedettes d'hier - stars éternelles - et celles d'aujourd'hui - parfois très jeunes. Pas question de se faire taxer de ringard ni de faire du jeunisme.

Les stars se bousculent pour faire le Sporting comme on fait Bercy ?

Disons que la France n'a plus Bercy, fermé pour rénovation. Ça nous aide... Et nous, nous sommes des interlocuteurs crédibles pour les grandes vedettes internationales.

D'autres artistes sont prévus ?

On aura aussi Elton John le 26 juillet, dans le cadre du Sporting Summer Festival-Monte-Carlo. Carla Bruni, en concert vendredi dernier, m'a dit qu'elle souhaitait revenir. Son spectacle était complet plusieurs semaines avant la date. On aurait pu faire deux soirées salle Garnier avec elle. Au Sporting, on double la capacité de Garnier.

Vous êtes un chasseur de stars !

Comme au foot, ce qui nous intéresse c'est la Champions' League. Nous ne ciblons pas les jeunes talents. Notre public demande des stars. Ça correspond aussi à une volonté de la Société des Bains de Mer de proposer des têtes d'affiche à une clientèle de joueurs qui poursuivront leur soirée dans les casinos de Monte-Carlo.Joëlle Deviras

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.