“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Rainier et Grace : la rencontre, la légende

Mis à jour le 02/04/2019 à 10:06 Publié le 02/04/2019 à 10:06
Dans les jardins du Palais, ce jour de mai 1955, le prince Rainier III fait découvrir la vue à son hôte du jour : l’actrice Grace Kelly.

Dans les jardins du Palais, ce jour de mai 1955, le prince Rainier III fait découvrir la vue à son hôte du jour : l’actrice Grace Kelly. Simon Michou Paris-Match

Rainier et Grace : la rencontre, la légende

Ce sera l’exposition événement cette saison dans les Grands Appartements du Palais princier : un parcours en images et en objets qui raconte cette journée du 6 mai 1955

Derrière toutes les grandes histoires - d’amour y compris - il y a une petite histoire. C’est celle-là qui sera narrée à partir du 14 mai au Palais princier pour l’exposition « 6 mai 1955, histoire d’une rencontre ».

La rencontre, c’est celle du prince Rainier III qui reçoit ce jour-là, une invitée spéciale : l’actrice Grace Kelly. La suite, tout le monde la connaît. De cette journée découleront des fiançailles, un mariage, trois enfants et des années d’or pour la Principauté.

Grace Kelly, icône du cinéma de l’époque était passée par la Principauté en 1954 pour le tournage de « La main au collet ». Ce printemps 1955, elle revient sur la Côte d’Azur, en vedette du Festival de Cannes. Elle vient de remporter un Oscar. Elle est à l’affiche cette année-là de six films qui sortiront en France.

De l’autre côté de la Riviera, Monaco se tourne alors vers les États-Unis. À cette époque, une campagne de presse est d’ailleurs organisée par la Principauté pour dynamiser la destination et attirer une clientèle américaine.

Présenter la star américaine du moment au prince Rainier III dans l’optique d’un reportage pour Paris-Match : l’idée du journaliste Pierre Galante fait mouche. Et il réussit à convaincre les deux partis, avec qui il avait déjà collaboré.

Entre la réalité et les légendes autour de cette journée de mai 1955, Thomas Fouilleron, directeur des Archives du Palais princier et Vincent Vatrican, directeur de l’Institut audiovisuel ont construit le propos de leur exposition pensée en tandem.

Les photos d’Edward Quinn

Le point de départ ? En juillet dernier, ces deux amoureux de l’image et de l’histoire se rendent en Suisse pour consulter le fonds du photographe Edward Quinn, conservé par ses ayants droit.

« Au départ, notre idée était d’évaluer la richesse de ce fonds. Edward Quinn a travaillé sur la Riviera dans les années 50 et 60, il a été photographe de plateau sur La Main au Collet, il a photographié le prince Rainier, la Principauté...» explique Vincent Vatrican. Quinn était aussi l’un des deux photographes, ce 6 mai 1955 à accompagner Grace Kelly à la découverte du Palais princier avec un photographe de Paris-Match, Michel Simon. « Nous nous sommes dit que confronter les deux regards pouvait être intéressant en traitant ce sujet qui fait partie de l’histoire du Palais et qui n’avait jamais été traité en détail » continue Thomas Fouilleron.

Au cours de son séjour cannois, Grace Kelly visite Vallauris, Saint-Paul de Vence, la chapelle Matisse. Une rencontre prévue avec Pablo Picasso tombe à l’eau. Celle avec le prince Rainier est compliquée à caler. Il devait la recevoir à 16 heures… mais une fête de la délégation américaine à Cannes à 18 h 30 contraint à avancer l’heure du rendez-vous à 15 h. À l’heure dite, le souverain est en retard. Si bien que l’actrice commence seule la visite du Palais.

Retracer le parcours de la visite

En compilant les rushes disponibles des deux photographes, Thomas Fouilleron et Vincent Vatrican ont effectué un travail d’orfèvrerie pour retracer le parcours de visite qu’emprunte Grace Kelly ce jour-là, découvrant la première fois le Palais princier. « Il n’y a plus de témoin de cette journée, ce que l’on sait c’est qu’elle n’a pas signé le registre du Palais et qu’au regard des photos, le prince Rainier III et sa future épouse se rencontrent pour la première fois dans l’antichambre d’York. Pas dans le salon Bleu comme le raconte la légende » poursuivent les deux commissaires de l’exposition.

Toujours est-il, que les deux protagonistes qui se rencontrent ce jour-là vont devenir l’un des couples les plus mythiques du XXe siècle. Au cours de leur vie, le prince Rainier III et la princesse Grace ne sont jamais vraiment publiquement revenus en détail sur cette première rencontre, et du coup de foudre supposé.

Le reportage paraît le 14 mai 1955, dans une double page de Paris-Match dont Brigitte Bardot est en couverture. À vrai dire, un peu inaperçu. Il sera élevé au rang de reportage mythique à l’annonce des fiançailles du couple, en janvier 1956.

Soixante-quatre ans plus tard, c’est l’atmosphère de cette journée que fera revivre l’exposition à partir du mois de mai au Palais princier, dans les lieux qui ont abrité cette rencontre. Avec des objets symboliques, comme la robe que portait ce jour-là celle qui allait devenir, moins d’un an plus tard, la princesse Grace.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.