“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Plus que jamais en Principauté, l’art et la culture au centre des conférences

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Plus que jamais en Principauté, l’art et la culture au centre des conférences

Se retrouver, faire perdurer cet événement annuel qui transcende le Rocher depuis des décennies, autour de la réflexion artistique et culturelle. C’est l’enjeu de la Fondation Prince Pierre de Monaco qui, pour cette saison 2021, manifeste sa volonté de permettre, même en ces temps incertains, la rencontre du public avec des créateurs d’art, de culture, d’histoire. Ces personnalités sont invitées à partager leur expérience, leurs motivations et leur engagement avec leur public. Voici leurs portraits.

Arnaud Desplechin – le réalisateur aux multiples succès

Arnaud Desplechin fait une entrée fracassante en 1991 dans le cinéma français en réalisant La Vie des morts (Prix Jean-Vigo) et La Sentinelle, en compétition à Cannes en 1992. Suivent Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) et Esther Kahn, son premier film en langue anglaise. Il reçoit le prix Louis-Delluc en 2004 pour Rois et Reine, grand succès public et critique, renouvelé avec Un conte de Noël (2008). En 2012, il réalise son premier film aux États-Unis, Jimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des Plaines), d’après le livre de Georges Devereux. Trois souvenirs de ma jeunesse lui a valu le César du meilleur réalisateur en 2016. Les Fantômes d’Ismaël fait l’ouverture du Festival de Cannes 2017, hors compétition, tandis que Roubaix, une lumière concourt à la Palme d’or en 2019.

Barbara CASSIN – la philosophe philologue  

Directrice de recherches au CNRS, Barbara Cassin est spécialiste de philosophie grecque. En 2018, elle est la neuvième femme à avoir été élue à l’Académie française. Elle travaille sur ce que peuvent les mots, sur la rhétorique, la sophistique, la psychanalyse, sur le rapport à la langue et à la traduction. Chevalier de la Légion d’honneur, elle reçoit le Grand Prix de philosophie 2012 de l’Académie française et le French Voices Grand Prize 2015. Commissaire de l’exposition Après Babel, traduire (MuCEM de Marseille en 2016-2017 et de la Fondation Bodmer de Genève en 2017-2018), elle s'efforce de montrer comment ce que nous appelons “notre” civilisation s’est constituée, via la traduction, en tant que savoir-faire avec les différences et apprentissage d’une citoyenneté élargie.

Jérôme BASTIANELLI – le spécialiste de Proust

Jérôme Bastianelli, haut fonctionnaire, est actuellement Directeur général délégué du Musée du quai Branly– Jacques Chirac, à Paris. Écrivain et critique musical, il a édité les deux traductions ruskiniennes de Proust (collection “Bouquins”, Robert Laffont, 2015) et publié un Dictionnaire Proust-Ruskin (Garnier, 2017). Il est également l’auteur de biographies de Federico Mompou, Félix Mendelssohn, Piotr Ilitch Tchaïkovski et Georges Bizet. Son roman La vraie vie de Vinteuil a paru chez Grasset en 2019. Depuis janvier 2018, il préside la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray.

Sylvie GERMAIN – une vie entière dédiée à la littérature

Sylvie Germain suit des études de philosophie à la Sorbonne et à l’Université de Paris Nanterre où elle soutient une thèse de doctorat en 1981. Après divers emplois notamment de documentaliste et d’enseignante de 1977 à 1993, elle se dédie aujourd’hui exclusivement à son activité littéraire. Depuis 1984, elle publie une vingtaine de romans et récits ainsi qu’une quinzaine d’essais consacrés à la spiritualité, à des villes et à des artistes, à la peinture et à la photographie. Elle a notamment écrit Le Livre des nuits (Gallimard, 1984) récompensé par six prix littéraires, Nuit d’Ambre (Gallimard, 1986), Tobie des marais (Gallimard, 1998 – Grand Prix Jean Giono), Magnus (Albin Michel, 2005- Prix Goncourt des lycéens 2005), Le vent reprend ses tours (Albin Michel, 2019).

Georges Vigarello – un historien pas comme les autres


Né en 1941 à Monaco, Georges Vigarello est un historien spécialiste de l’histoire de l’hygiène, de la santé, des pratiques corporelles et des représentations du corps. Ancien élève de l’ENS (éducation physique), agrégé de philosophie, directeur d’études à l’EHESS, membre de l’Institut universitaire de France et ancien président du conseil scientifique de la BNF, il est l’auteur de nombreux ouvrages aux éditions Seuil tels que: Histoire de la beauté, le corps et l’art d’embellir, de la Renaissance à nos jours (2007), Les métamorphoses du gras, histoire de l’obésité (2011), Le sentiment de soi, histoire de la perception du corps (2014), La robe, une histoire culturelle (2017), Histoire de la fatigue, du Moyen Âge à nos jours (2019).

La Fondation Prince Pierre a souhaité saisir, une nouvelle fois, les opportunités de transmission, d’échange et de partage telles qu’elles se présentent à nous, comme elle le fait depuis bientôt cent ans, et sans discontinuer. Ainsi sont proposés trois rendez-vous à Monaco le 25 janvier, le 15 février et le 22 mars. Les  conférences “hors les murs” se maintiennent et seront programmées, cette année, à la Maison des Océans à Paris le 4 février et le 8 avril 2021. Entrée libre, nombre de places limité. Toutes les informations et possibilités de réservations se trouvent sur ce lien.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.