“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Philharmonique: une fin d’année façon cabaret

Mis à jour le 30/12/2019 à 10:23 Publié le 30/12/2019 à 10:22
Tour à tour au piano ou chef d’orchestre, Yvan Cassar (à gauche) a accompagné Nathalie Dessay et sa fille Neïma, révélation de cette soirée de clôture de l’année pour le Philharmonique.

Tour à tour au piano ou chef d’orchestre, Yvan Cassar (à gauche) a accompagné Nathalie Dessay et sa fille Neïma, révélation de cette soirée de clôture de l’année pour le Philharmonique. A.P.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Philharmonique: une fin d’année façon cabaret

Comédies musicales, hier en l’Auditorium Rainier-III, avec une soprano Nathalie Dessay en version jazz aux côtés de sa fille Neïma

Remisées, les symphonies de Mozart, de Beethoven ou de Mahler ! Rangés les concertos de Schumann ou Tchaïkovsky ! Pour son dernier concert de l’année, hier, en l’Auditorium Rainier-III, le Philharmonique a plongé dans un répertoire qui n’est pas le sien : celui de la comédie musicale américaine.

La salle était comble. La scène aussi : sur la gauche et au fond, l’orchestre au grand complet, devant et à droite une section jazz à la batterie de laquelle le célèbre Dédé Ceccarelli trônait comme un prince.

Les éclairages nous en faisaient voir de toutes les couleurs, façon cabaret. L’orchestre et les chanteurs, étaient sonorisés. Et même trop sonorisés. Doucement les basses !

Révélation de la soirée

Pendant deux heures furent déroulées des guirlandes d’airs de Gershwin, Michel Legrand, de chansons de Sinatra, de Nat King Cole et Barbra Streisand.

Yvan Cassar alternait sa présence au clavier du piano et au pupitre de chef - repérable à sa chevelure autant qu’à sa baguette.

Trois solistes étaient en piste : Nathalie Dessay, qu’on a tant aimée naguère en soprano colorature, reconvertie ici dans le jazz, chantant avec une précision de chanteuse classique : juste, propre et lisse ; Hugh Coltman (“l’homme au colt !”) qui, lorsqu’il se donne à plein, dégaine une voix de crooner ; enfin, la troisième, la révélation de la soirée : la jeune Neïma Naouri, qui remporta tous les suffrages.

Elle n’est autre que la fille de Nathalie Dessay. Inutile de dire qu’on eut la larme à l’œil en entendant mère et fille chanter Mother and Child de Michel Legrand.

L’année symphonique s’est donc achevée sur ce programme swingué. C’est cela, le mélange des genres. Et dans trois jours, vive l’année Beethoven !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.