“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Philharmonique : l'année Vengerov

Mis à jour le 20/09/2018 à 05:12 Publié le 20/09/2018 à 05:12
Le Philharmonique de Monte-Carlo
au Grimaldi Forum.	(DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Philharmonique : l'année Vengerov

La saison commence vendredi au Grimaldi Forum avec le « soliste de l'année », le violoniste Maxime Vengerov

Pom-pom-pom-pom ! Les quatre fameuses notes de la Cinquième symphonie « du destin » de Beethoven résonneront demain soir au Grimaldi Forum, lors du concert d'ouverture de la saison 2018-2019 du Philharmonique de Monte-Carlo.

L'idée du destin concernera le concert tout entier puisqu'on y entendra la musique de La Force du destin de Verdi ainsi que le 1er Concerto pour violon et orchestre de Chostakovitch. On retrouve dans ces deux œuvres le rythme des quatre notes pom-pom-pom-pom de la symphonie de Beethoven. Le destin s'exprime, le destin avance.

Le 12 octobre, on retrouvera une autre « Symphonie du destin » (avec ce même rythme de quatre notes), la Quatrième de Tchaïkovsky. « Le destin nous interdit de goûter au bonheur, veille jalousement à ce que notre félicité ne soit jamais parfaite, pend au-dessus de nos têtes comme l'épée de Damoclès, et verse inexorablement un lent poison dans l'âme », prétend de manière bien pessimiste Tchaïkovsky, qui a pourtant composé là, l'une de ses symphonies les plus flamboyantes, les plus porteuses de passion et d'énergie. Saisissant contraste entre l'humeur du compositeur et le caractère de son œuvre !

Le concerto de Chostakovitch - pour revenir à lui - aura pour soliste, ce vendredi, le « violoniste en résidence de l'année », le merveilleux Maxim Vengerov. Le fait qu'il soit « violoniste en résidence de l'année » laisse entendre qu'on l'entendra plusieurs fois au cours de la saison : ce vendredi, donc, mais aussi le 17 février dans un concert Mozart-Schubert, le 24 février dans le concerto de Brahms et le 14 juin dans la création mondiale d'un concerto du compositeur chinois Qigang Chen. C'est lui aussi, Maxime Vengerov, qui, la semaine prochaine, accompagnera l'orchestre monégasque dans une tournée en suisse à Zurich, Bâle et Genève en jouant le concerto de Bruch.

Un concert, un titre

Comme l'an dernier, chaque concert de la saison portera un titre :

- L'âge du baroque, le 30 septembre, sous la direction d'un des plus grands chefs actuels de musique baroque, Ton Koopman,

- Amours interdites, le 5 octobre, où l'on entendra successivement Roméo et Juliette de Tchaïkovsky et de Prokofiev,

- Rêves éveillés et Hymne à la nature pour deux concerts les 12 et 14 octobre dont le soliste sera le grand violoniste Vadim Repin,

- le Chant de la terre, le 28 octobre, où l'on entendra la bouleversante œuvre de Mahler portant ce titre sous la direction d'un des meilleurs spécialistes internationaux de la musique de Mahler, Eliahu Inbal,

- les Maîtres du classique, le 4 novembre midi et après-midi, où l'on entendra le grand pianiste Jean-Efflam Bavouzet, l'un des violoncellistes finalistes du grand concours Tchaïkovsky de Moscou, Pablo Ferrandez, et le clarinettiste soliste du Philharmonique de Berlin, Andreas Ottensamer,

- Fantaisies à Cinecitta, le 2 décembre, pour un florilège de musiques de films : le Guépard, Il bidone, Amarcord, la Dolce Vita, etc.

Dans tout cela, la musique contemporaine ne sera pas oubliée puisque, en dehors de deux œuvres du grand compositeur estonien Arvo Pärt les 12 et 14 octobre, on aura droit ce trimestre à deux créations mondiales : l'une, le 5 octobre, d'un des meilleurs compositeurs japonais actuels, Dai Fujikura, et une autre, le 2 décembre, du compositeur italien Marco Taralli.

Les grands orchestres symphoniques ont de plus en plus tendance à négliger les compositeurs contemporains. Le Philharmonique de Monaco, non. Qu'il en soit remercié !

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.