“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Philharmonique : Happy birthday, Larry Foster !

Mis à jour le 23/10/2016 à 05:02 Publié le 23/10/2016 à 05:02
Percussions, orgue, chœur, Lawrence Foster a soulevé tout ce monde comme Titan la planète.

Percussions, orgue, chœur, Lawrence Foster a soulevé tout ce monde comme Titan la planète. A.P.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Philharmonique : Happy birthday, Larry Foster !

Le chef d'orchestre Lawrence Foster, qui fête ses 75 ans aujourd'hui, nous a offerts, vendredi, un concert mémorable avec un pianiste hors du temps : le Roumain Radu Lupu

Soixante-quinze ans aujourd'hui, le 23 octobre 2016 ! Et une énergie à déplacer des montagnes ! Du moins à bâtir des monuments symphoniques !

Happy birthday Lawrence Foster ! Le paradoxe est que c'est votre anniversaire et que c'est vous qui nous avez offert un cadeau - en l'occurrence le concert que vous avez dirigé vendredi soir en l'Auditorium Rainier-III. Vous nous avez fait entendre pour la première fois en Principauté de Monaco la troisième symphonie d'Enesco, composée il y a un siècle tandis que la guerre ravageait le monde. Cette œuvre résonne d'ailleurs de cette incommensurable tragédie.

Éminemment roumain

Sur scène, vendredi soir, il y avait quelque cent cinquante personnes : le Philharmonique de Monte-Carlo au grand complet - notamment un spectaculaire déploiement de percussions -, un orgue qu'on avait spécialement installé pour la circonstance, ainsi que le chœur entier de l'opéra.

Vous avez soulevé tout ce monde comme Titan soulève la planète. Là-haut, au fond de la scène, on voyait les percussionnistes déchaîner leurs tonnerres. Il y en avait un, en particulier, qui cravachait sa grosse caisse comme un jockey sa monture. Derrière tout cela, montaient le ténébreux murmure de l'orgue et la vague puissante des chœurs.

Enesco est le compositeur de vos origines. Roumain comme vos parents qui émigrèrent aux Etats-Unis, comme votre père qui mourut lorsque vous aviez 5 ans (vous avez été ensuite adopté par un citoyen américain).

Le concert de vendredi était éminemment roumain.

Le soliste du 23ème. concerto de Mozart qu'on entendit en plus de la symphonie d'Enesco était le pianiste Radu Lupu - l'un des meilleurs pianistes du monde. Lui a 71 ans.

On le vit sortir des coulisses avec une sorte de démarche nonchalante qui le situait hors du monde. Barbe et chevelure en broussaille. Le Lupu sort des coulisses comme le loup sort du bois.

L'homme se cala sur une chaise devant le piano, buste rejeté en arrière, dans une posture inhabituelle pour les pianistes qui, d'ordinaire, chevauchent leur tabouret de piano. Il joua en ayant l'air de ne pas y toucher - ce qui est un comble pour un pianiste ! Il déroula du bout des doigts, avec une sérénité magique, le concerto de Mozart. C'était magnifique, émouvant en diable. Il ajouta en bis un bouleversant impromptu de Schubert.

Ce concert roumain, c'est à vous qu'on le doit, Lawrence Foster ! Happy birthday, Larry !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.