“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pascale Marchesini-Arnal et Florence Camps : duo d'artistes

Mis à jour le 26/07/2017 à 05:30 Publié le 26/07/2017 à 05:30

Pascale Marchesini-Arnal et Florence Camps : duo d'artistes

La galerie de l'Espace culturel reçoit à nouveau un duo d'artistes.

La galerie de l'Espace culturel reçoit à nouveau un duo d'artistes. Pascale Marchesini-Arnal, sculptrice, et Florence Camps, peintre, offrent deux visions. Leurs œuvres, sans artifice, ont en commun cette relation au corps humain et animal qui peut mener à l'essentiel, voire à l'existentiel. L'exposition dure jusqu'au 1er septembre.

Florence Camps, peintre

Dans cette série composée de 12 œuvres de technique mixte - acrylique et pigment mélangé de cire -, l'artiste se concentre sur le corps humain, des nus non sexués, qu'elle représente de façon fragmentée. Des corps ou des parties du corps en gros plan, sans marqueurs spatiaux ou temporels. Ce que l'artiste met surtout en avant, ce sont des attitudes ou postures corporelles, qui provoquent et invitent celui qui les regarde à sa propre interprétation, à l'introspection…

Une peinture forte, puissante même, exprimée à travers le traitement de la matière et l'utilisation des couleurs sourdes, une « palette subtile de la Renaissance ». Des corps revisités où chacun pourrait se reconnaître. Ici, un corps bien fait, musclé, semble être prélassé, ou en extase ; là, un corps vieilli, amaigri, en agonie dans la solitude…

Florence Camps réside à Grasse. Après une carrière d'enseignante, elle a suivi un cursus complet à l'Académie des Beaux-Arts Anca Sonia. Elle est membre actif de l'association AAAA qui a pour objet de promouvoir et diffuser l'art. Depuis 2008, elle se consacre à la création de ses œuvres. Elle a exposé à Toulouse, Montreuil, Vence, Eyguières et Nice.

Pascale Marchesini-Arnal, sculptrice

Ses sculptures, extraites de la série « Etranges cavaliers », plonge le visiteur dans un univers de jeunes échassiers humains au long corps effilé, sur des montures improbables, des oiseaux ou encore des poissons fantastiques.

Réalisées en papier de soie patiné et certains en bronze, les personnages décharnés, transpercés de part en part, sont installés sur des montures avec lesquelles ils semblent être en complicité, avec une attitude et un regard vifs de curiosité et d'étonnement. L'artiste invite à pénétrer dans « un monde imaginaire où règne une certaine démesure », où elle « aime donner à voir là où on n'ose pas regarder, à l'intérieur des corps ». Elle montre en outre le lien entre l'humain et l'animal qui est protecteur, presque nourricier, et emmène l'humain dans un voyage particulier…

Autodidacte et primée à plusieurs reprises, Pascale sculpte depuis vingt-trois ans, a exposé en Belgique et en France, notamment à Art en Capital au Grand Palais à Paris (de 2009 à 2015 et en 2017). Invitée solo au Pavillon Monod et à l'Espace Christiane Peugeot à Paris en 2016, elle est aujourd'hui exposée en permanence dans des galeries à Lourmarin, la Ferte Imbault et à Houdan.

Une peinture de Florence Camps.

La suite du direct