“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Ornella Barra, une Monégasque à la tête de 370.000 salariés

Mis à jour le 09/03/2015 à 14:40 Publié le 09/03/2015 à 14:25
Ornella Barra est vice-présidente executive de Walgreens Boots Alliance. Elle préside aussi le comité de responsabilité sociétale du groupe.

Ornella Barra est vice-présidente executive de Walgreens Boots Alliance. Elle préside aussi le comité de responsabilité sociétale du groupe. Franz Chavaroche

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ornella Barra, une Monégasque à la tête de 370.000 salariés

Au mois de décembre dernier, en recevant un trophée décerné par le Club de l'Eco de Monaco-Matin, Ornella Barra avait annoncé la fusion du groupe qu'elle dirigeait, Alliance Boots, avec l'autre géant du secteur, Walgreens.

Au mois de décembre dernier, en recevant un trophée décerné par le Club de l'Eco de Monaco-Matin, Ornella Barra avait annoncé la fusion du groupe qu'elle dirigeait, Alliance Boots, avec l'autre géant du secteur, Walgreens.

Depuis le 31 décembre 2014, c'est signé ! W.B.A. constitue un groupe coté à Wall Street et dont le chiffre d'affaires s'élève officiellement à 115 milliards de dollars.

Ornella Barra a été nommée à la vice-présidence de Walgreens Boots Alliance. Italienne de naissance mais Monégasque de nationalité, Ornella figure à la 8e place du classement Forbes de septembre 2014 qui désigne les « 50 femmes les plus puissantes d'Europe, duMoyen-Orient et d'Afrique ».

Cette année encore, comme en 2013, elle a choisi le Grimaldi Forum pour accueillir la convention du réseau Alphega. Plus de 1 200 pharmaciens indépendants membres de ce réseau étaient présents.

Quel bilan tirez-vous de cette convention 2015 ?

Nous avons été très bien accueillis par le Grimaldi Forum pour cette convention d'Alphega, le premier réseau de pharmaciens indépendants d'Europe. Il a été lancé en 2001 et compte aujourd'hui 6.400 adhérents dans 9 pays : France, Italie, Espagne, Pays-Bas, Russie, Allemagne et Royaume-Uni, République Tchèque et Turquie. Il est important de se rencontrer et d'échanger pour mieux comprendre ce qui se passe dans les autres pays. Monaco a une très grande attractivité. Nos participants, nos délégués et les pharmaciens sont heureux de venir en Principauté. Monaco est devenu le symbole de la convention Alphega.

Le groupe né le 31 décembre est un géant. Quel est le chiffre d'affaires ?

Officiellement, il a été évalué à plus de 115 milliards de dollars. Il est coté à New York mais son siège est à Chicago.

Qu'est-ce que cette fusion peut encore apporter en terme de développement ?

Ce n'est que le début de l'évolution de la société. Les opportunités sont beaucoup plus grandes encore dans différentes directions bien sûr. Nous allons nous concentrer sur les États-Unis mais aussi l'Amérique latine et l'Asie où nous avons des marges de développement.

L'Asie dont la Chine ?

Oui, même si nous sommes déjà présents en Chine. Nous sommes déjà numéro 1 en Thaïlande avec un réseau de 250 pharmacies.

Au Moyen-Orient ?

Oui, à travers des franchises, à Dubaï par exemple mais pas seulement.

L'Afrique est-elle un marché prioritaire pour vous ?

Non, même si nous sommes déjà présents en Égypte, par exemple. Nous allons regarder l'évolution. Dans ces pays, nous sommes des répartiteurs, c'est-à-dire que nous livrons les pharmacies, sur le terrain.

Vous ne fabriquez pas de médicaments mais des produits cosmétiques. Comment expliquez-vous la bonne santé de ce secteur ?

Aujourd'hui, tout le monde a envie de se sentir bien et les gens sont plus disposés à dépenser de l'argent pour leur bien-être que pour d'autres choses. Les femmes ont toujours un grand plaisir à mettre un peu de rouge à lèvres. Par ailleurs, on observe un vieillissement de la population dans certains pays et, donc, des opportunités pour nos produits.

C'est aussi un état d'esprit…

Les Américaines sont déjà dans la recherche de bien-être alors que les Européens cherchent encore à sortir de la crise. En effet…

Les hommes constituent-ils, pour vous, un marché nouveau, à explorer ?

Le marché des hommes va augmenter, oui, c'est certain. Nous sommes déjà en train de le développer aux États-Unis notamment avec une gamme créée en Angleterre.

On a le sentiment que le choix est moins large que pour les femmes ?

C'est faux. Nous avons une très belle collection pour les hommes. Depuis neuf mois, N° 7 est distribué dans 8.000 pharmacies. C'est devenu le 3e produit de cosmétique pour homme le plus vendu dans nos pharmacies.

Que pensez-vous de la journée des droits des femmes ?

Ce devrait être tous les jours, la journée des droits des femmes !

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.