“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

On vous raconte l'épopée de la marque de chaussures cannoise Azurée

Mis à jour le 09/01/2021 à 10:30 Publié le 09/01/2021 à 10:00
Je découvre la nouvelle offre abonnés

On vous raconte l'épopée de la marque de chaussures cannoise Azurée

Pour démarrer 2021 du bon pied, rien de tel que d’être bien chaussée! Sans avoir à aller très loin: synonyme d’élégance et de qualité, la marque cannoise Azurée poursuit son épopée.

Escarpins transparents en vinyle incrustés de strass de Swarovski (l’iconique collection Cristal), bottines au motif inspiré par la célèbre robe Mondrian d’Yves Saint-Laurent, chaussures aux talons réalisés en marquetterie...

Les modèles de la marque cannoise Azurée rivalisent de glamour, d’originalité et de raffinement.


Comme l’explique Pascale Chassigneux, désormais à la tête, avec sa cousine Julie Ellena, de l’emblématique entreprise azuréenne, c’est en 1940 que son grand-père André Chassigneux, entrepreneur visionnaire, a créé la marque.

En pleine guerre, en se fournissant en matières premières auprès de l’armée américaine afin de répondre à la demande!

"Son père étant lui-même grossiste en chaussures, mon grand-père a commencé par fabriquer des pantoufles, tout seul, chez lui. Il utilisait même le four de la maison pour vulcaniser les semelles! Puis, il a commencé à embaucher des employés, et a ouvert son premier local à Cannes."

Élegance et féminité


Depuis, l’histoire de l’entreprise s’est confondue avec celle de la Côte d’Azur, devenue le point de rencontre du glamour international.

(Photo Franz Chavaroche)
(Photo Franz Chavaroche)

Dès les années 1970, avec l’arrivée de la deuxième génération de la famille Chassigneux, la marque devient une icône du style "French Riviera" appliqué aux chaussures pour femmes élégantes.

À partir des années 1980, les modèles "Cristal", articles phares de la marque, obtiennent leurs premiers succès à l’export qui représente aujourd’hui la moitié de la production.

À raison de trois cents paires de chaussures fabriquées chaque jour, (assemblées pour moitié dans la fabrique du Plan-de-Grasse et le restant au Portugal) la marque Azurée, qui travaille essentiellement à la commande, est ainsi présente dans une vingtaine de pays, de l’Italie au Japon, en passant notamment par l’Allemagne, la Russie, les DOM-TOM et même l’Australie.

Incarnée par Pascale Chassigneux et Julie Ellena, la troisième génération, présente depuis les années 2000, perpétue avec succès les valeurs dont elle a hérité au fil des années : "Ce qui perdure par rapport aux collections initiales, et qui fait qu’il y a une identité Azurée, c’est notre dimension féminine.

Même si aujourd’hui on va vers des collections un peu plus casual, les femmes portant davantage de sneakers, on apporte toujours la touche un peu différente, le détail chic.

L’engouement pour les chaussures basiques commence d’ailleurs à s’essouffler. Il semblerait qu’une envie de retourner vers des choses un peu plus habillées se dessine, c’est ce qu’on commence à avoir comme échos de ce qui se vend dans les boutiques."

Le confort d’abord


D’autant qu’élégance ne rime pas forcément avec... souffrance! "Le confort est pour nous primordial, souligne Pascale Chassigneux. Étant donné que l’on maîtrise complètement la fabrication, nous pouvons être très attentifs notamment aux cambrures.

La ligne Cristal, par exemple, est réalisée dans une matière hyper confortable car elle est extensible, elle réagit à la chaleur et se moule au pied."

Côté prix, comptez entre 120 et 180 euros pour une paire de sandales, et jusqu’à 280 euros pour des bottines... Un rapport qualité-prix raisonnable, pour être au moins aussi bien chaussée que Cendrillon !

Photo Franz Chavaroche

Chaussures de niche, made in France

Visages concentrés et bruits variant d’un bout à l’autre de la chaîne de montage, l’effervescence est palpable sur le site de production.

De la coupe à l’enrobage des semelles, en passant par le piquage, la préparation du talon et enfin le montage, une trentaine de personnes s’affairent, sous le regard attentif de Pascale Chassigneux.

Certaines opérations requièrent, comme on le constate, une minutie extrême, tel le collage des strass de Svarowski un par un à la main!

"Une fois la chaussure finie, explique la dirigeante, il reste encore à la bichonner : on regarde tous les petits défauts, les petites traces de colle, jusqu’à la dernière opération, la mise en boîte, après un dernier contrôle."

Photo Franz Chavaroche

Un des derniers ateliers du genre en France, le secteur de la chaussure s’étant rétréci au fil des ans comme une peau de chagrin.

"Le nombre de fabricants français est passé en dessous de cent, alors qu’il y en avait deux cents il y a quinze ans. S’agissant des unités de production en France, il y en a moins de cinquante.

Et nous ne sommes plus qu’une quinzaine à exporter à plus de 50 %", précise la styliste d’Azurée.

Qui accomplit elle-même, en collaboration étroite avec Pascale Chassigneux, un travail essentiel en amont.

"On s’appuie sur le Centre technique du cuir, qui élabore des cahiers de tendances, et il m’arrive aussi de repérer dans les défilés un détail correspondant beaucoup à notre ADN. Mais mon inspiration peut venir également de l’architecture, du cinéma, de la peinture..."

Boutiques Azurée :
- Port Marina Baie des Anges à Villeneuve-Loubet.
- Magasins d’usine : 4, avenue du petit Juas à Cannes
et 133, chemin de St-Marc au Plan-de-Grasse.
Rens. 04.93.40.36.60.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.