“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

On vous dit tout sur la série The Head, ce Cluedo géant qui se déroule au pôle Sud

Mis à jour le 24/09/2020 à 15:05 Publié le 24/09/2020 à 14:52
Illustration

Illustration Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

On vous dit tout sur la série The Head, ce Cluedo géant qui se déroule au pôle Sud

Produite par Mediapro avec un casting très international, la série The Head est la tête de gondole des fictions étrangères de Canal+, et ça commence ce vendredi soir dans un froid glacial.

On a tous débranché notre cerveau dans les années 1990 pour savourer le film plein de testostérone Demolition Man où Sylvester Stallone donnait la réplique à Wesley Snipes.

"Il fait froid ici, ou ça vient d’moi?" se demande d’ailleurs Simon Phœnix, joué par un Wesley Snipes décoloré, avant de faire sauter un immeuble entier sous le regard médusé de Stallone.

Cette phrase pourrait très bien correspondre à notre ressenti après les premières scènes de The Head, la nouvelle série étrangère acquise par Canal Plus que la chaîne cryptée programme ce soir. Car si vous êtes du genre frileux et peu habitué à l’ambiance glaciale de la banquise, The Head va vite vous désarçonner.

D’entrée, le pitch annonce la couleur: "Chaque année, le 29 avril, le soleil disparaît pendant 6 mois." Bonne ambiance.

L’action de The Head se situe dans le pôle Sud, au milieu des ours polaires, du vent glacial et du froid.On pourrait se croire dans une publicité Coca-Cola de Noël.Oui mais non.

Coincée dans une station scientifique de l’Antarctique, une équipe de chercheurs va rester sur place afin de poursuivre leur mission pour lutter contre le changement climatique au sein de la station de recherche Polaris VI. Jusqu’ici, tout va bien.

Casting international

Sauf que lorsque la relève emmenée par le commandant Johan Berg (Alexandre Willaume) débarque au printemps, on dénombre sept morts, deux disparus dont Annika la femme de Johan (jouée par Laura Bach).

Une question brûle alors les lèvres de tout le monde, que s’est-il passé? Les deux survivants (joués par l’expérimenté John Lynch et la jeune Katharine O’Donnelly) s’accusent mutuellement des meurtres. La série peut démarrer...

L’ambiance glaciale oscille entre le huis clos et le thriller. C’est un savant mélange de The Thing de John Carpenter, 30 jours de Nuit et Les 8 salopards de Quentin Tarantino.

Présentée en avant-première au MIPTV de Cannes l’an dernier, la série produite par Mediapro (la boîte espagnole qui vient d’acquérir les droits pour diffuser le football français) Hulu et HBOAsia avait impressionné les acquéreurs sur place et notamment Canal Plus qui s’est empressé de rapatrier le produit dans son catalogue.

Ce n’est pas la première fois que le géant espagnol s’essaie à la fiction puisque le succès de "The Young Pope" a confirmé que le groupe avait le nez creux en matière de série.

Mais cette fois, pour mettre toutes les chances de son côté, Mediapro a vu les choses en grand.

A savoir adosser son projet à beaucoup de talents.Derrière le scénario, on retrouve les frères Pastor – David et Alex – à qui on doit les très bons Infectés, Les Derniers jours et Renaissances.Avec les frangins, l’un des créateurs de Homeland Ran Telem, sans oublier le réalisateur Jorge Dorado, le papa du très réussi Mindscape.Ça, c’est derrière les caméras.Devant, la production a souhaité miser sur un casting international pour toucher un maximum de monde.

Du coup on se retrouve avec des acteurs scandinaves, irlandais, espagnols, et l’idole japonaise Tomohisa Yamashita, surnommé Yamapi, ex-membre du boys band japonais News.

Le public français reconnaîtra deux garçons, Alvaro Morte de La Casa de Papel et Richard Sammel dont l’accent germanique avait été aperçu dans Nid de guêpes, Taxi, Le Nom de la rose, The Strain, OSS 117 : Le Caire, nid d’espions ou encore Inglorious Basterds.

Mais c’est surtout l’ambiance pesante et névrotique qui donne à la série un côté glacial.

2.000 m2 de studio

Ça et le froid.Présent.Omniprésent.Cet ennemi invisible mais qui fait partie du casting comme dans Terror, la série événement tirée du livre de Dan Simmons sur l’expédition Franklin.La série, tournée en Islande mais aussi dans les Canaries s’appuie également sur un studio de plus de deux mille mètres carrés pour reproduire des décors à l’échelle afin de réaliser des plans-séquences.Une série étrange mais captivante. "Cette histoire touche au cœur des émotions humaines", a souligné lors d’une conférence de presse Tomohisa Yamashita.

Savoir+
The head, ce jeudi soir à partir de 21h. Six épisodes de 52 minutes, deux chaque jeudi.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.