“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

On révise ses classiques avec Valérie Perrin et The Velvet Underground & Nico

Mis à jour le 01/06/2020 à 17:58 Publié le 02/06/2020 à 14:00
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

On révise ses classiques avec Valérie Perrin et The Velvet Underground & Nico

Envie de replonger dans des livres, films ou albums incontournables? Voici deux idées pour vous inspirer...

Changer l’eau des fleurs  de Valérie Perrin

Violette Toussaint porte bien son nom. Elle est garde cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Quotidiennement, elle accueille dans sa loge à coups de thé et gâteaux réconfortants les familles des défunts et les amis qui passent. Auprès du curé et des fossoyeurs, elle s’est créé une famille cocasse, complètement décalée et pourtant si attachante.

Comme cette fameuse Violette d’ailleurs. Toute en bienveillance, toute en douceur. Comment en est-elle arrivée là? Qu’est ce qui l’a poussée à s’occuper d’un cimetière? Au fil des pages, les liens qui unissent vivants et morts sont révélés. Les âmes sont sondées et la garde cimetière se dévoile, lentement, subtilement. Forte, touchante, magnifique.

Après Les Oubliés du dimanche, Valérie Perrin rend une nouvelle fois l’ordinaire exceptionnel. Changer l’eau des fleurs est une petite bulle légère.Un condensé d’émotions, servi par une écriture à la fois simple et poétique. On oscille entre le rire, le sourire et les larmes. Ce roman on ne le lâche pas.
On le dévore. On le retient aussi lorsqu’on s’aperçoit que la fin arrive. Il est de ceux qu’on ne veut pas lâcher. Et les paroles de la narratrice résonnent

«Je referme le journal d’Irène le cœur lourd. Comme on referme un roman dont on est tombé amoureux. Un roman ami dont on a dû mal à se séparer.»

The Velvet Underground & Nico

Pour son premier album, le groupe The Velvet Underground s’associe au mannequin d’origine allemande Nico. Lou Reed et ses acolytes frappent un grand coup et cherchent clairement à changer la face du rock lorsqu’ils sortent le disque en 1967.

Mais comme le public n’aime pas forcément être bousculé, le succès commercial se fait attendre. Ce n’est d’ailleurs que dix ans plus tard que l’album deviendra culte.

Douces mélodies entêtantes côtoient des sonorités âpres voire grinçantes. Musique atypique et textes sombres, l’underground new-yorkais est à son paroxysme.

Et si le disque débute par un Sunday Morning apaisant, ce n’est que pour mieux nous leurrer. Le rythme s’électrise dans le fabuleux et brutal Heroin où le génie de Lou Reed explose. On se laisse aussi totalement emporter par les psychédéliques Venus in Furs et Run, Run, Run. Et on dévore sagement notre banane.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.