“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

On révise ses classiques avec "L’Amant sans domicile fixe" et "Les Visiteurs du soir"

Mis à jour le 02/06/2020 à 20:18 Publié le 03/06/2020 à 16:00
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

On révise ses classiques avec "L’Amant sans domicile fixe" et "Les Visiteurs du soir"

Envie de replonger dans des livres, films ou albums incontournables? Voici deux idées pour vous inspirer...

L’Amant sans domicile fixe de Carlo Fruttero et Franco Lucentini

Venise dans les années quatre-vingt, submergée chaque jour par une marée de touristes et d’archétypes. Et puis l’autre Venise, celle du quotidien embrumée de l’hiver, avec ses laborieux et ses grandes familles, ses insondables strates d’Histoire et ses fascinants mystères…

Au départ, Carlo Fruttero et Franco Lucentini, tous deux écrivains, journalistes, éditeurs, traducteurs et fins observateurs de leur temps, voulaient faire un livre sur la ville de Venise. Mais la construction narrative éblouissante de l’intrigue de L’Amant sans domicile fixe, qui joue avec les apparences et les oppositions, prend vite le pas sur le reste.

Ce roman sorti en 1986 est un best-seller comme la plupart des œuvres à quatre mains du célèbre tandem italien qui signait F. & L toutes ses parutions.

Délaissant le genre policier (à lire aussi La Femme du dimanche où ils se plongent dans l’étude sociologique de Turin pendant les «années de plombs», ou Place de Sienne côté ombre, un thriller à clefs sur le Palio où pointe déjà le fantastique) les voilà aux manettes d’un roman complètement inclassable –mais remarquablement complet– qui touche au mythe.

On ne vous dira pas lequel, pour préserver tout le suspense de cette histoire. L’improbable rencontre d’une princesse romaine amatrice d’œuvres d’art, dont le couple bat de l’aile, avec l’étrange M. Silvera, guide touristique pour une compagnie maritime low cost, a priori...

Les Visiteurs du soir de Marcel Carné

Film médiéval et fantastique sorti en 1942 et réalisé par Marcel Carné, avec Antonioni pour assistant, Les Visiteurs du soir est une œuvre qui ferraille avec la censure de Vichy.

Un passionnant document d’époque donc, mais aussi un petit monument cinématographique avec Arletty en hennin, Alain Cuny, Marie Déa, Jules Berry... Jacques Prévert qui a signé le scénario avec Pierre Laroche, pensait gagner en liberté en se réfugiant dans le passé et le surnaturel.

Un passé dont l’époque choisie sera le Moyen Âge et sa représentation idéale, inspirée des miniatures enluminées des Très Riches heures du duc de Berry. L’histoire est cousue de fil blanc: le baron Hugues organise une grande réception pour les fiançailles de sa fille, la belle Anne.

Mais deux envoyés du diable, déguisés en joueurs de luth, se sont glissés parmi les participants pour gâcher la fête et plonger le monde dans les ténèbres... Heureusement, l’amour et la pureté vaincront. Un «coup d’audace» de Carné, et un film «que vous n’oserez pas... ne pas avoir vu!» mentionne malicieusement le générique.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.