“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Nos 7 bonnes raisons de se rendre au Salon MAGIC à Monaco

Mis à jour le 27/02/2019 à 08:12 Publié le 25/02/2019 à 17:18
Cédric Biscay, patron de Shibuya Productions, a présenté l’affiche du MAGIC 2019, dessinée par le créateur d’Albator. L’une des seize cosplayers en lice pour le concours de Monaco était présente.

Cédric Biscay, patron de Shibuya Productions, a présenté l’affiche du MAGIC 2019, dessinée par le créateur d’Albator. L’une des seize cosplayers en lice pour le concours de Monaco était présente. Photo Sébastien Botella

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Nos 7 bonnes raisons de se rendre au Salon MAGIC à Monaco

Rendez-vous phare de la pop culture, le salon consacré aux jeux vidéos et mangas promet encore de belles rencontres, le 9 mars au Grimaldi Forum. Et des annonces fracassantes dans le milieu.

Au début, ce ne devait être qu’un simple dîner de gala. Une aventure somme tout modeste, pondue en à peine deux mois. Cinq années plus tard, le salon MAGIC (pour Monaco Anime Game International Conferences) est devenu une référence dans le milieu de la pop culture.

Le temple d’un univers bercé d’onirisme, un paradis pour les puristes et nostalgiques. L’événement a même accouché d’un petit en 2018, s’exportant à Kyoto, au pays du Soleil Levant et du… manga.

"Le maire de Kyoto a entendu parler du MAGIC à Monaco et a voulu me voir pour en créer un dans sa ville", explique Cédric Biscay, patron de la société Shibuya Productions, organisatrice du salon.

Le 9 mars prochain, au Grimaldi Forum, on croisera des pontes du milieu, ceux dont la parole et les sorties sont rares. Leiji Matsumoto, créateur de Capitaine Albator, Kazuki Takahashi, père de Yu-Gi-Oh! ou encore Yu Suzuki, paternel de Shenmue III dont un trailer est attendu par les fans.

L’événement, totalement gratuit, sera aussi un lieu de conférences, de tables rondes avec d’autres noms de la pop culture, de concours de manga et de cosplay et aussi d’expositions… Gratuit, oui, mais limité à 3.000 places.

La rareté a un prix. Celui de l’exclusivité.

1. Albator, X-Men, Game of Thrones, Lanfeust de Troy…

De gauche à droite : LeijiMatsumoto, William Simpson et Chris Claremont.
De gauche à droite : LeijiMatsumoto, William Simpson et Chris Claremont. Photos DR

On l’a dit, le casting est tout bonnement exceptionnel. Pour les néophytes, certains noms à consonnance asiatique ou américaine ne vous diront peut-être rien mais les puristes, eux, savent que l’on parle là de sommités dans leur milieu. En plus de boire leurs paroles lors des conférences et tables rondes, tout un chacun poura glaner un coup de griffe de leur star préférée et peut-être même échanger quelques amabilités.

En premier lieu, Leiji Matsumoto, créateur de Capitaine Albator et Galaxy Express, donnera une conférence et s’adonnera à un live drawing session, comprendre une séance de dessin en direct. L’idéal pour prouver que malgré un âge avancé, 81 ans, le dessinateur possède toujours un bon coup de crayon.

"Il y aura aussi Kazuki Takahashi, auteur de Yu-Gi-Oh! qui, normalement, ne se déplace pas en dehors du Japon. Il sera là en conférences et en dédicaces et est aussi le président du jury du concours de mangas", complète Cédric Biscay.

On retrouvera aussi Chris Claremont, grande star du comics, scénariste emblématique des X-Men, lequel a aussi écrit sur des personnages phares tels que Batman et Superman.

Le storyboarder de Game of Thrones

Autre artiste d’envergure: William Simpson, le storyboarder principal de la série culte Game of Thrones. "C’est lui qui fait les dessins préparatoires avant que l’épisode ne soit tourné", précise-t-il.

Moment à ne rater sous aucun prétexte: il dessinera en direct, le matin et l’après-midi au cœur de l’espace expositions, pendant plus de deux heures. Et, au passage, ses dessins originaux seront exposés.

Autres présents pour cette édition: Karen Green, une documentaliste star de l’Université de Colombia, Amanda Conner et Jimmy Palmiotti, connus pour Harley Quinn, Didier et Lyse Tarquin pour Lanfeust de Troy.La présence de ce couple n’est, semble-t-il, pas anodine puisqu’une annonce pourrait intervenir durant cette édition.

2. Un hommage à Stan Lee

Père des comics Marvel, Stan Lee s’est éteint fin 2018 à Los Angeles.
Père des comics Marvel, Stan Lee s’est éteint fin 2018 à Los Angeles. Photo DR

Impossible de passer à côté d’un hommage. L’oublier aurait été faire injure à l’ensemble de son œuvre. Stan Lee s’est éteint le 12 novembre 2018 à Los Angeles, ses super-héros, eux, continuent à vivre. Le papa de Marvel a accouché de légendes: Spider-man, Hulk, les Quatre Fantastiques, X-Men pour ne citer qu’eux. Ces personnages qui ont, et continuent, de bercer des générations d’enfants en quête d’aventure.

Le 9 mars, c’est sous la forme d’un escape game que le scénariste américain et éditeur de comics sera honoré. Enfermés quinze minutes dans une pièce, les fans redécouvriront l’univers coloré de Stan Lee.

"On a repris les super-héros de Marvel, confie-t-on du côté d’Iris Game, en charge de la mission. Sans trop en dévoiler, surprise oblige. Même à Shibuya Productions, on n’a pas encore dévoilé le scénario.Comme un escape game traditionnel, il y aura des énigmes à résoudre, des codes à trouver, des cadenas à ouvrir. Il faudra combattre les méchants. Pour le final, il y aura une énigme beaucoup plus technologique."

3. La venue du groupe IAM

Les pères du rap français seront à Monaco.
Les pères du rap français seront à Monaco. Photo DR

Une surprise de taille. Un groupe mythique du rap français. En conférence de presse, les organisateurs du prochain MAGIC ont ajouté du lourd au casting d’invités déjà bien fourni pour les cinq ans de l’événement: les pères du rap français, en l’occurrence le groupe IAM.

A ceux qui s’en étonneraient, il s’avère que ces Marseillais à la rhétorique aiguisée "sont dingues de pop culture", dixit Cédric Biscay.

"Ils aiment Cobra, Albator, les mangas japonais d’ancienne génération. On aime les mêmes choses.Il faut rappeler que IAM a fait une chanson sur Sad Hill. Et nous, on a fait un film sur Netflix, intitulé Sad Hill Unearthed. On est raccord."

Si on espère tous secrètement qu’ils prendront le mic dans le décorum duGrimaldi Forum, sachez déjà que IAM fera parti du jury du concours international de cosplay, aux côtés de pointures du milieu, à savoir Alisyuon, lauréate en 2018, et Pugoffka, photographe de cosplay.

Après Kavinsky en 2016, Orelsan en 2017 et Mai Lan, l’an passé, le salon Magic signe encore un beau coup.

4. Un concours international de cosplay

Les cosplayeurs lors du concours international Magic de 2018.
Les cosplayeurs lors du concours international Magic de 2018. Photo Michael Alesi

Dans le jargon de la pop culture, ils répondent au doux nom de "cosplayeurs". Un mot-valise, contraction des mots anglais costume et play. Ces gens-là sont d’irréductibles fans, au point de prendre littéralement l’apparence de personnages imaginaires. Du costume à la coupe de cheveux, en passant par les mimiques.

Elisa Palisse, alias Kotori dans le milieu, est l’une des seize cosplayeurs en lice pour le Magic International Cosplay Masters, millésime 2019. L’habituelle brune de 23 ans a, pour l’occasion, une chevelure blonde platine. Ses yeux d’ordinaire marrons ont laissé place à un regard doré aussi perçant qu’envoûtant. Sa longue robe d’un blanc immaculé est cousue main. Et le résultat est bluffant. "Il m’a fallu un an de travail pour réaliser ce costume de Nero Claudius Bride CCC à l’occasion du MAGIC 2018 et celui de Kyoto", explique-t-elle.

D’abord biberonnée aux mangas lors de ses années collège, elle dérive petit à petit vers le cosplay en 2010. D’un costume par an, elle accélère le rythme pour en coudre sept de ses propres mains chaque année. Trinity Blood, Highschool of the Dead, Dragon Ball Z...Le choix se fait selon sa sensibilité artistique.

"On choisit généralement une image de référence. Cela marche beaucoup au coup de cœur visuel. Tout doit être le plus vrai possible : le costume, bien sûr, le tissu, les traits du visage, la perruque, le maquillage, le choix des lentilles", confie celle qui a un réel talent de couturière

"Le prestige d’être sur scène"

Sur scène, elle se frottera à quinze autres cosplayeurs venus des quatre coins de la planète. Mexique, Brésil, Argentine, Russie, Italie…

"On aura même les deux vainqueurs du World Cosplay Summit, un grand concours international. Ce qui est plutôt rare", confie Cédric Biscay, patron de Shibuya Productions.

Au-delà de la fidélité du personnage, la prestation scénique aura une grande importance. "Pendant une minute, ils vont réaliser une chorégraphie. Le jury [dont IAM, ndlr] va aussi analyser tout le travail qui a été fait pour réaliser le costume, la manière dont ils se comportent sur l’ensemble de la manifestation", détaille-t-il.

Pour Elisa Palisse, être sacré semble presque secondaire. "C’est surtout le prestige d’être sur scène avec de telles pointures. C’est une consécration même.Je ne suis qu’une petite cosplayeuse du Sud qui fait son bonhomme de chemin", sourit-elle.

5. Les mangas mis à l’honneur

Le MAGIC, c’est aussi l’occasion pour certains de percer dans l’univers pointu du manga. A l’instar du cosplay, un concours spécial est consacré aux bandes dessinées japonaises.
Le 9 mars prochain, cinq finalistes, présélectionnés par un jury, seront présentés au public.

Avant la délibération finale. "Les jurés se concentreront sur l’aspect universel mais aussi l’universalité des projets. Le gagnant du premier prix verra son œuvre publié sur Shônen Jump Plus", fait-on savoir chez Shibuya Productions.

Autre chance du gagnant: gagner un séjour d’un mois au pays du Soleil levant durant lequel il rencontrera un tantô (un éditeur) de chez Shueisha, côtoiera des mangaka (auteurs de mangas) et tentera sa chance pour continuer l’aventure avec cet éditeur pendant un an. Dans les membres du jury, on retrouve notamment Kazuki Takahashi, l’auteur de Yu-Gi-Oh!

A noter que la société de production Shibuya Productions s’est associée aux Editions Michel Lafon pour le développement d’une collection manga. Et les deux premiers titres sont, d’ailleurs, issus de ce fameux concours de mangas.

Le coup de cœur de 2018, Nako, un shônen d’aventure fantastique pondu par le rappeur Tiers Monde et le dessinateur Max. Le premier chapitre publié sur le site Shônen JumpPlus a déjà conquis plus de 150000 lecteurs à travers le monde.

Autre manga: La Voie de Van Gogh du jeune Seldon, 17 ans, avait marqué le jury en 2017, créant un vrai coup de cœur. Il raconte la genèse de l’œuvre de Vincent van Gogh depuis l’arrivée du peintre à Auvers-sur-Oise jusqu’à ses premiers grand succès.

Le tome 1 de ces deux séries sera présenté en avant-première au MAGIC 2019 puis, le 14 mars, en librairies. Au total, douze titres seront publiés dans le courant de l’année 2019.

6. Un trailer de Shenmue III

Lan Di, l’ennemi juré de Ryo Hazuki, héros du jeu Shenmue III.
Lan Di, l’ennemi juré de Ryo Hazuki, héros du jeu Shenmue III. Photo DR

Un moment que les puristes de jeux vidéos attendent depuis des lustres. Le 9 mars, au Grimaldi Forum, la presse internationale sera aux aguets pour découvrir un nouveau trailer du "jeu vidéo le plus attendu au monde", dixit Cédric Biscay, Shenmue III.

Pour rappel, dix-sept ans après le premier opus, le second acte sortira sur PS4 et PC le 27 août prochain et a été coproduit par Shibuya Productions, la société monégasque organisatrice du MAGIC.

Une date déjà cochée dans le calendrier pour bon nombre d’aficionados qui désespéraient à l’idée de voir Ryo Hazuki, héros de la saga, venger son père.

Mardi dernier, lors de la conférence de presse organisée auGrimaldi Forum, une série d’images exclusives du jeu a été dévoilée : personnages, décor... Mais le trailer, lui, est attendu comme jamais.

"Durant le MAGIC, il y aura une énorme exclusivité pour quelques invités : voir tourner le jeu pour la première fois", promet Cédric Biscay pour qui le jeu est une vraie locomotive interne en termes de communication.

A noter que le Japonais Yu Suzuki, créateur du jeu, sera présent au MAGIC le 9 mars prochain. En plus des traditionnelles séances de dédicaces, le concepteur de jeux vidéos participera à une conférence consacrée a Shenmue III.

De quoi en apprendre plus sur les coulisses d’une saga qui, jusqu’à maintenant, avait un goût d’inachevé.  De l’histoire ancienne.

7 Jacky, Christophe Lambert et un invité très… "spatial"

Jacky, Christophe Lambert et Jean-François Clervoy.
Jacky, Christophe Lambert et Jean-François Clervoy. Photos archives N-M

La liste des invités ne s’arrête pas là. Comme animateur du salon, une voix connue des 80/90 viendra chatouiller l’oreille du visiteur: celle de Jacky, figure de la petite lucarne et de la musique, que toute une génération, bercée par Les enfants du Rock et Platine 45, connaît. Sans parler du Club Dorothée qui soufflait ses 30 bougies, lors de l’édition précédente.

Autre star programmée: Christophe Lambert, que l’on retrouvera en dédicaces et conférence. L’acteur est connu et reconnu pour ses rôles dans Highlander, Greystoke, Subway ou encore Mortal Kombat.

Dernier invité, un peu plus inattendu, voire très "spatial" pour le jeu de mots: l’astronaute Jean-François Clervoy, vétéran de trois missions spatiales avec la NASA. Connu pour avoir ravitaillé la station MIR ou encore réparé le télescope Hubble, on le retrouvera cette fois-ci, les pieds sur terre, aux côtés de Leiji Matsumoto pour une conférence... lunaire!

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.