“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Mr OneTeas signe l’expo du moment à Nice

Mis à jour le 02/03/2019 à 10:18 Publié le 02/03/2019 à 10:18
Des ateliers pour enfants organisés à Nice.

Des ateliers pour enfants organisés à Nice. F.F.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Mr OneTeas signe l’expo du moment à Nice

L’artiste qui multiplie les projets en Principauté dédicace son premier livre, aujourd’hui à la Fnac de Monaco, et connaît un grand succès à Nice, où sa première exposition muséale a été prolongée

Il fait partie des grands. » L’éloge ne vient pas d’un simple visiteur de l’exposition Reality Show 2.0, actuellement présentée à l’espace Lympia de Nice, mais de Jean Ferrero, grand collectionneur niçois, témoin de l’avènement de l’école de Nice et ami proche d’Arman et César, pour ne citer qu’eux.

Un œil aiguisé conquis par le talent pluriforme d’Anthony Alberti, alias Mr OneTeas, bien connu des Monégasques pour ses nombreuses initiatives artistiques et caritatives à Monaco ces sept dernières années.

Une action pour la Journée de la femme

La plus spectaculaire : l’affichage de 589 portraits en noir et blanc sur la façade du Ni-Box, en 2016. Des « petites mains qui font Monaco », anonymes ou non, immortalisées sourire aux lèvres dans le cadre du Inside Out Project initié par l’artiste J.R. en 2011. « Je voulais montrer le vrai visage de Monaco, mettre en lumière par leur sourire les gens de l’ombre », plaidait alors OneTeas.

En séance de dédicaces de son premier livre, aujourd’hui à la Fnac de Monaco (dès 16 heures), Anthony Alberti a d’ailleurs remis son appareil en bandoulière pour mettre en scène une campagne en vue de la prochaine Journée internationale de la femme, le 8 mars.

Devant son objectif, des ministres, élus et membres de l’administration monégasque, au naturel, portant tous une ardoise avec les mots « Femmes », « Respect », « Lutter », « Unité », « Ensemble ». Autant de trombines vecteurs d’égalité, qui s’afficheront en grand format, dès le 7 mars, sur le Ministère d’État, des abribus et autres promontoires parsemés en Principauté.

Humour et réflexion

Avec sa première exposition muséale débutée en fin d’année 2018 à l’espace Lympia de Nice, et prolongée - forte de son succès - jusqu’au 24 mars prochain, Mr OneTeas bouscule un monde moderne en veille. Assommé par la dictature des écrans et le marketing outrancier. Ces grands lobbies comme Monsanto, Coca ou McDonald’s ici tancés en détournant des personnages mythiques de la pop culture.

Là, dans cet ancien bagne sur plusieurs niveaux, le “taquin” Alberti brise, avec humour, les chaînes du consumérisme et invite, sans le brusquer ou le juger, le spectateur à l’introspection (lire ci-dessous). « J’ai voulu porter un message d’alerte. Dire que la réalité est toujours plus importante que tout ce monde virtuel », éclaire l’artiste.

Les réseaux sociaux n’y échappent pas. « Mes œuvres sont comme des vers, des virus informatiques que j’installe à la source. Je critique la plupart des choses partagées sur les réseaux sociaux, mais si les gens se mettent à partager mes messages, et que cela a un sens, alors j’attaque le vaisseau-mère. » Au terme de la visite, chacun est ainsi invité à partager son œuvre coup de cœur avec un hashtag personnalisé.

Au gré d’installations parfois intimes, comme le portrait sur carton sculpté de sa maman, Anthony propose ici un cheminement ludique à un visiteur acteur de l’exposition. « La clé de voûte de mon travail, c’est l’Homme », rappelle ainsi l’auteur porté depuis ses débuts par un slogan « Dare to be you » (« Oser être soi »).

Sur demande, l’artiste mène d’ailleurs des visites guidées (*). Et s’il a la tchatche, il ne manque pas une miette des réactions du public. Son inspiration.

Des inconnus ou fidèles placés face à un miroir. Celui de leur quotidien d’humains 2.0. Des gens connectés H24, comme sur des rails, que OneTeas invite, sans jamais donner de leçons, à se reconnecter avec la réalité.

Et ça vaut le coup !

L’exposition Reality Show 2.0 est une capsule temporelle. Le testament d’une époque, un legs précieux pour les générations futures. Un regard juste et désopilant sur l’avènement de l’homme connecté dans une société sans pitié. Une case départ pour Anthony Alberti qui s’affranchit de l’éphémère et signe ainsi son premier scénario muséal.

Une partition d’une cinquantaine d’œuvres formant un parcours chronologique et thématique. Différents tableaux pour différentes matières et sources d’inspiration de l’artiste qui peint autant qu’il sculpte. S’approprie les maux et joue des mots depuis 2011.

Prêche pour le recyclage, dénonciation de l’obsolescence programmée, satire de la malbouffe, critique des conditions d’accueil des migrants, instrumentalisation des religions, diktat des réseaux sociaux… À seulement 34 ans, Anthony Alberti s’est déjà emparé de toutes les grandes thématiques contemporaines pour sublimer - ou porter - l’esthétisme de ses œuvres.

Avec Post No Bills Post Nobels, Alberti a créé une monnaie à l’effigie de grands leaders de la cause humaniste. Il réinterprète aussi le portrait équestre peint par Jacques-Louis David, Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard.
Avec Post No Bills Post Nobels, Alberti a créé une monnaie à l’effigie de grands leaders de la cause humaniste. Il réinterprète aussi le portrait équestre peint par Jacques-Louis David, Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard. S.B.
Après l’œuvre du sculpteur et peintre, Alberto Giacometti, et celle du photographe, Raymond Depardon, le Département des Alpes-Maritimes a confié les clés de l’espace Lympia, à Nice, à Anthony Alberti.
Après l’œuvre du sculpteur et peintre, Alberto Giacometti, et celle du photographe, Raymond Depardon, le Département des Alpes-Maritimes a confié les clés de l’espace Lympia, à Nice, à Anthony Alberti. J.-F. Ottonello
Instatrash. Une poubelle de rue qui crache des cartes postales d’époque, déjà dénaturées par des filtres...
OneTeas capteur d’instants vrais.
OneTeas capteur d’instants vrais. M.A.
The Last Meal. Ou la Cène revisitée à la sauce McDo... jusqu’à l’overdose.
The Last Meal. Ou la Cène revisitée à la sauce McDo... jusqu’à l’overdose. J.-F. Ottonello
OneTeas et sa parabole-bouclier. Quand les réseaux sociaux servent à fuir une réalité douloureuse.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.