“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco rend un hommage inédit à Grace Kelly

Mis à jour le 25/04/2019 à 10:28 Publié le 25/04/2019 à 10:27
Le prince a été guidé dans l’exposition par l’artiste niçois Stéphane Bolongaro.

Monaco rend un hommage inédit à Grace Kelly

En souvenir de la naissance de Grace Kelly, il y a 90 ans, le prince Albert II a inauguré une exposition qui rassemble une série de portraits de sa mère réalisés pour l’occasion

Le 18 avril 1956, Grace Kelly épousait civilement le prince Rainier III et devenait la princesse de Monaco. Un tournant dans le destin de l’actrice américaine qui à son statut de star d’Hollywood ajoutait l’aura d’une princesse. Aura qui l’accompagnera jusqu’à sa disparition tragique en 1982. Et qui perdure encore aujourd’hui, près de 37 ans plus tard.

C’est cette icône qui était à l’honneur l’autre soir en Principauté. Alors que l’année 2019 marque le 90e anniversaire de sa naissance, le 12 novembre 1929 à Philadelphie.

Une date symbolique qui a poussé l’artiste niçois Stéphane Bolongaro à imaginer un hommage artistique à Grace Kelly. Il a convaincu le prince Albert II et ce dernier est venu inaugurer à la collection des voitures anciennes de Fontvieille, l’exposition « Tribute to Grace Kelly ».

Un projet pour lequel Bolongaro a imaginé la collaboration d’une cinquantaine d’artistes contemporains américains qui ont tous réalisé des portraits de la princesse Grace inédits. La plupart avec un accent plutôt « pop », que le public pourra découvrir jusqu’au dimanche 28 avril.

L’âge d’or d’Hollywood

Dans le lot de ces œuvres créées pour l’occasion, il faut dire que l’on peut voir tous les styles, des plus académiques aux plus déroutants : des photos élégantes retravaillées en peinture de l’actrice donnent le tempo jusqu’à quelques sculptures plus conceptuelles. En passant par un sac modèle Kelly de la maison Hermès qui tourne sur un nuage.

Toutes les œuvres mettent l’accent sur l’âge d’or d’Hollywood des années 50 dont Grace Kelly, avant de devenir la princesse de Monaco, fut l’une des icônes.

La thématique du cinéma sert d’ailleurs de fil rouge à toute l’exposition. On croise, derrière une fenêtre l’ombre d’Alfred Hitchcock.

Et c’est d’ailleurs l’un des chefs-d’œuvre du maître du suspense, « La Main au Collet » dans lequel le visiteur se retrouve plongé, au détour d’une allée avec l’Alpine Sunbeam décapotable bleue de 1954 que Grace Kelly conduit sur les hauteurs de Monaco dans le film.

Si les années 50 étaient à l’honneur, avant notamment un très réussi sosie de Marilyn Monroe, ce sont plutôt des vedettes des années 80 qui ont passé la porte du musée et le tapis rouge, dans un tumulte des grands soirs qui a un peu dépassé l’organisation.

Parmi les invités autour du souverain on notait la présence de l’ancienne star de Dynastie, Linda Evans ; du comédien de Dallas Patrick Duffy avec une inhabituelle coupe de cheveux : longs et ondulés, assortis à une moustache… Peut-être pour un rôle ?

L’assemblée comptait aussi sur les chanteuses Lio, Shirley Bassey, le comédien Bernard Menez, l’humoriste Élie Semoun et le philosophe Raphaël Enthoven qui a signé la préface d’un livre qui devait être remis à tous les invités au terme de la soirée, en souvenir de l’événement.

Des invités qui sont repartis aussi avec un Oscar ayant pour effigie Totor, le chien iconique de Stéphane Bolongaro, le tout en chocolat…

Les invités autour du prince Albert II sur le tapis rouge.
Les invités autour du prince Albert II sur le tapis rouge. Jean-François Ottonello
Linda Evans et Patrick Duffy.
Film iconique de Grace Kelly, « La main au collet » avec Cary Grant sert de fil rouge à l’exposition.
Le philosophe Raphaël Enthoven.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct