“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Mister Europe à Monaco: la colère de la présidente sur l’organisation

Mis à jour le 04/06/2013 à 09:36 Publié le 04/06/2013 à 09:28
Treize éphèbes européens étaient réunis en Principauté la semaine du 13 mai où l’on devait élire « Mister Europe. Mais l’élection a tourné vinaigre et a été annulée.

Treize éphèbes européens étaient réunis en Principauté la semaine du 13 mai où l’on devait élire « Mister Europe. Mais l’élection a tourné vinaigre et a été annulée. Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Mister Europe à Monaco: la colère de la présidente sur l’organisation

Suite à l'annulation de la manifestation qui devait élire le plus bel éphèbe d'Europe, le 18 mai dernier, la présidente de l'organisation revient sur cet événement.

Suite à l'annulation de la manifestation qui devait élire le plus bel éphèbe d'Europe, le 18 mai dernier, la présidente de l'organisation revient sur cet événement.

Amour, gloire et beauté… Souvenez-vous, le 18 mai dernier devait se tenir au chapiteau de Fontvieille l’élection de Mister Europe. Une soirée finalement annulée dans la précipitation 24 heures à l’avance. Les organisateurs plaidant des problèmes logistiques.

Aujourd’hui, la présidente du comité Mister Europe – association française loi 1901 –, Rachel Quesney pointe du doigt l’entreprise suisse qu’elle avait choisi pour organiser son élection, dénonçant leur amateurisme. « Nous avons eu des soupçons de mauvaise organisation mais pas ce degré d’irresponsabilité » tempête-t-elle, écœurée par l’attitude de SB Events.

Pour la présidente, la « douche froide » a commencé dès le 14 mai, « quand les responsables de l’hôtel où nous logions (le Columbus) nous ont dit qu’il allait falloir régler les chambres. Je ne comprenais pas. C’est SB-Events qui avaient la responsabilité de la logistique. Apparemment quelqu’un est arrivé de Suisse dès le mercredi pour solutionner le problème sur l’argent réclamé. Ce n’était pas très net ».

« Pris au piège »

Mais la déconvenue ne s’est pas arrêtée là. Les prestataires n’avaient pas été payés, le dernier versement de la location du chapiteau de Fontvieille pas versé. L’équipe du comité découvre la réalité de la situation. « Nous nous sommes sentis pris au piège. À l’échelle du comité, nous avions pris en charge la location des costumes, des effets scéniques, des billets d’avions. Nous ne nous pouvions pas assurer le rester ». En dernière limite, le comité fait constater par huissier l’impossibilité de réaliser leur soirée au chapiteau, pour prendre la main légalement, « avec une pression intense pour l’équipe de trente personnes Et la peur de se retrouver dans une salle des fêtes avec une réunion de parents d’élèves pour organiser notre élection ».

Le plan B ce sera une salle à San Remo, payée par le comité. « Heureusement que nous n’avons pas maintenu la soirée au chapiteau. Dans une salle vide (seules douze tickets avaient été réservés NDLR), ça aurait été effroyable. À San Remo, nous avons 1200 personnes et une ambiance de folie ».

Aujourd’hui, Rachel Quesney y croit encore et se voit bien revenir avec son comité et une équipe organisatrice qui tient la route, à Monaco pour organiser l’élection l’an prochain. « J’espère juste que nous ne sommes persona non grata » souffle-t-elle.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.