“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L'humoriste Jarry lance "Good Singers" vendredi soir sur TF1 et promet un show "bon enfant"

Mis à jour le 16/07/2020 à 11:21 Publié le 16/07/2020 à 18:00
Jarry

Jarry Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'humoriste Jarry lance "Good Singers" vendredi soir sur TF1 et promet un show "bon enfant"

L’humoriste est aux commandes de ce nouveau divertissement musical, à découvrir ce vendredi soir, à 21h05 sur TF1. Voix d’or et véritables casseroles ambulantes tenteront de piéger des célébrités.

Après avoir mené l’enquête dans Mask Singer afin de deviner qui étaient les artistes camouflés dans d’improbables costumes, Jarry reste dans le registre vocal.

Cette fois, l’humoriste âgé de 42 ans est chargé de la présentation de Good Singers, une adaptation du format turc Is That Really Your Voice?

Dans cette émission diffusée sur TF1, des équipes de célébrités (Cartman, Amir, Julie Zenatti, Anggun, Chris Marques et Titoff pour la première) doivent déterminer qui, parmi un panel de chanteurs anonymes, a une voix divine... ou pas.

Six manches leur permettront d’accumuler les indices et d’affiner leurs choix et d’engranger des fonds pour des œuvres caritatives. Interrogé par téléphone, Jarry est impatient de voir quel accueil le public réservera à ce programme, pour lequel il assure avoir effectué un travail "colossal".

Vous aviez une réelle envie de passer à l’animation?
Oui, depuis quelques années, avec TF1, on réfléchissait à un programme qui pourrait me correspondre. Ça va faire sept ans que je fais de la télé régulièrement. J’avais envie d’être un peu la locomotive. D’habitude, je ne me pose jamais de questions quand je suis invité, je viens faire le foufou. Là, je me suis intéressé à un concept dans son intégralité, j’ai adoré.

Qu’est-ce qui vous plaît dans cet exercice?
C’était passionnant de voir le travail effectué en régie, autour de la lumière, etc. Good Singers met en lumière des gens qui ne sont pas des professionnels de la chanson. Ce sont des anonymes, des serveurs, des comptables, des banquiers... J’avais envie de défendre une télévision populaire, intergénérationnelle. Ce n’est pas une compétition, il n’y a pas de gagnant ni de perdant. Good Singers sera bon enfant, good vibes.

On est dans la lignée de Mask Singer?
Le concept est quand même très différent. Ce qui est amusant, c’est de trouver, parmi les douze personnes qui se présentent devant nous, des voix incroyables. Mais à l’inverse certains ne savent absolument pas chanter. Entendre quelqu’un en prime time mal chanter pendant une minute, c’est très très drôle. On a l’impression de voir son oncle un peu gênant, en fin de soirée.

Vous avez regardé la version turque avant de vous lancer?
Non, je ne voulais pas être influencé ni connaître la mécanique. J’ai tout découvert au fil de l’enregistrement. L’émission est née dans le contexte du confinement. Pour tout le travail de préparation, on était chez nous et on communiquait par Zoom.

Vous auriez aimé être candidat?
Moi? J’aurais adoré! J’aurais chanté un truc du genre "Étienne, Étienne", de Guesch Patti. J’aurais chanté super faux. Mais on s’en fout. On n’a que des exemples de gens qui maîtrisent, qui ont des voix de dingues. On en viendrait même à culpabiliser en chantant seul dans notre voiture. Il faut y aller, se faire plaisir.

Good Singers est une grosse machine, mais vous avez enregistré avec seulement quinze personnes dans le public...
Dit comme ça, c’est horrible. Mais dans ma tête, je me disais qu’on était deux mille. Après, comme on avait douze chanteurs et six invités, il y avait quand même de l’ambiance. Et surtout, on était tous très contents de retrouver les plateaux, de pouvoir se parler à nouveau en face, de sortir un peu de nos cuisines!

Les deux premiers numéros ont déjà été enregistrés. Comment avez-vous trouvé le résultat?
J’ai trouvé l’émission très rythmée. Toutes les sept minutes, on découvre si on a un bon ou un mauvais chanteur. Soit on est émus, soit on est morts de rire. On peut jouer en famille, faire de petits paris...
La tradition des grandes émissions estivales et familiales vous parle? J’ai toujours aimé ça. Fort Boyard, par exemple. C’est magnifique qu’elle continue après si longtemps. Mais on a aussi besoin de nouveautés, de surprises. Parce que le père Fouras, il était déjà vieux il y a vingt-deux ans!

Pendant le confinement, vous aviez le Jarry Show sur YouTube. Vous poursuivez, vous aimeriez l’adapter à la télé?
Je pense que ce serait super sur TFX ou TMC. Tous les lundis, je sors une interview. Cette semaine, c’était Michaël Youn. La semaine suivante, ce sera Claude, de Koh-Lanta. Le format fait trente minutes, je l’ai retravaillé. Je pense que ça va être top. On découvre l’invité autrement. Il y a des défis, une chronique de voyance qui s’appelle "Dans les boules de Jarry..."

Come-back à Ramatuelle

Le 1er août, Jarry sera à l’affiche du Festival de Ramatuelle afin de présenter Titre, son dernier spectacle. Un retour sur scène qui le fait trépigner: "Je n’ai qu’une envie, c’est de jouer à nouveau. Mais je suis super flippé, j’ai l’impression d’avoir tout oublié, que je ne saurai plus jouer mon spectacle. ça fait tellement longtemps, vous vous rendez compte! Je ne suis jamais resté plus de quatre mois sans monter sur scène. Dès que j’aurai fini l’enregistrement de Mask Singers saison 2 [il était en tournage de ce programme au moment de notre interview, lundi, ndlr], je remettrai la tête dans mon spectacle. Je suis sûr que le premier soir, je vais pleurer. J’ai tellement hâte de retrouver les gens, de les entendre rire à mes bêtises!"

Le 13 août, Jarry sera également à Golfe Juan, au Théâtre de la mer, une date proposée gratuitement par la Ville.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.