“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les projets du Nouveau musée national pour 2 016

Mis à jour le 06/01/2016 à 05:07 Publié le 06/01/2016 à 05:07
Dans ce laboratoire-exposition de la villa Sauber, on croise notamment des tenues de Joséphine Baker, créées pour son ultime spectacle en 1974 à la Salle des Étoiles, et qui font partie de l'histoire du spectacle à Monaco.

Dans ce laboratoire-exposition de la villa Sauber, on croise notamment des tenues de Joséphine Baker, créées pour son ultime spectacle en 1974 à la Salle des Étoiles, et qui font partie de l'histoire du spectacle à Monaco. Michael Alesi

Les projets du Nouveau musée national pour 2 016

Avec le LAB lancé à la villa Sauber, le NMNM passe un cap en développant des projets pour l'année à venir, qui s'appuient sur son patrimoine. Et sur une ouverture internationale

L'envers du décor. Voilà le parti pris suivi par le Nouveau musée national de Monaco (NMNM) qui a ouvert depuis quelques semaines le LAB, nouvelle exposition à la villa Sauber. LAB pour laboratoire. Ce qui consiste à dévoiler le travail en coulisses des équipes du NMNM, qui œuvrent notamment à la restauration des différents patrimoines et collections du musée.

« Les premiers retours sont très positifs, explique Marie-Claude Beaud, qui dirige le NMNM. On peut noter la nécessité d'une présence interactive, indispensable dans les musées. Cela change la façon dont les gens restent au musée, que nous voyons comme un lieu d'échanges et de travail. Et nous testons d'ailleurs la gratuité de l'entrée sur ce projet. »

Au fil des salles de la villa Sauber, le public peut notamment passer du temps avec l'équipe en charge de l'inventaire des archives de Serge Lifar. Ou suivre le travail d'orfèvre de Klaus Lorenz, restaurateur des automates de l'historique collection de Galéa. Un programme d'interactions et de rencontres a d'ailleurs été étoffé par les équipes pour ouvrir ce LAB au plus grand nombre et inciter le public à venir voir différemment les œuvres d'art.

« Meilleure compréhension »

« L'idée du LAB trottait dans ma tête depuis longtemps, continue Marie-Claude Beaud. Nous essayons d'être un musée qui n'est pas statique. Nous voulons montrer que l'on existe. Même si les budgets ne sont pas encore à la mesure de nos ambitions, je peux parler aujourd'hui, au niveau des autorités, d'une ouverture réelle et d'une meilleure compréhension de nos missions. »

En dix ans d'existence, le Nouveau musée national de Monaco a atteint un rythme de croisière avec des rendez-vous de qualité chaque année. Aujourd'hui, l'équipe réfléchit à un changement de nom de l'institution qui l'ancrerait davantage dans la réalité.

« En dix ans, nous avons tout de même une visibilité certaine auprès du public, note Marie-Claude Beaud. On est en relation avec l'art du passé et très ouvert sur l'art actuel ou du futur, en prenant le risque d'accueillir des artistes qui ne sont pas compris. »

Une volonté qui se traduit par les projets engagés en 2016 (lire ci-dessous).

La formule du LAB, elle, devrait être poursuivie, l'automne prochain, cette fois-ci à la villa Paloma, sous la forme d'un grand atelier où l'on pourra notamment apprécier, en dépôt, des œuvres de Mark Dion ainsi que les prémices de l'exposition consacrée à Hercule Florence, planifiée pour 2017.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct