Rubriques




Se connecter à

Les Plages électroniques de retour en version XXL ce vendredi à Cannes

Entre vendredi et dimanche, 18.000 personnes seront attendues chaque jour à Cannes. Pour sa première vraie édition post-covid, le festival propose un plateau copieux et varié. On (re) fait les présentations?

Jimmy Boursicot jboursicot@nicematin.fr Publié le 05/08/2022 à 12:06, mis à jour le 05/08/2022 à 11:53
Photo Archive Clément Tiberghien

Guetta, De Witte, Garrix...

Défilé de stars

Sur un site géant, englobant la terrasse du Palais des festivals, son solarium, sa verrière ainsi que trois autres scènes (dont une en mer), les rendez-vous les plus attendus auront lieu sur la plage, évidemment. Là où les spectateurs les plus déchaînés se donneront rendez-vous pour vibrer devant les shows gigantesques des têtes d’affiche.

Demain, ce sera Martin Garrix qui refermera le bal. Élu trois fois numéro un mondial du classement de DJ Mag, le Néerlandais déballera son EDM (Electronic Dance Music) survitaminée en fin de soirée.

 

Samedi, la nuit appartiendra à Charlotte De Witte (photo ci-dessus) et Paul Kalkbrenner. à tout juste 30 ans, la Belge est sollicitée partout à travers le monde, où ses sets techno musclés font sensation. Suivie par 2,7 millions de fans sur Facebook, elle possède aussi son lot de haters. La rançon de la gloire...

Charlotte De Witte. Photo Marie Wynants.

Paul K, comme le surnomment ses fidèles, arborant parfois des maillots de football floqués à son nom, ramènera ses inspirations berlinoises et ses envolées mélodieuses sur la Croisette.

Dimanche, avant de filer en after, les fêtards fermeront le bal sur la plage en compagnie de David Guetta (ci-dessus). Plus besoin de présenter le Français, qui a su mener sa barque dans les plus hautes sphères. D’abord parmi les pionniers du genre, puis dans un registre bien plus "tubesque" et universel. Son passage devrait marquer les esprits.

David Guetta. Photo Maria Jose Govea.

Damso, Oboy, Cut Killer… la touche hip-hop

Les puristes des premières années, ceux qui pestent à chaque nouveau virage pris par les Plages électroniques, voient sans doute rouge en découvrant du rap dans la programmation. Tant pis pour eux, tant mieux pour ceux qui font preuve de curiosité. De notre côté, on guettera avec envie la prestation de Damso (notre photo). Poids lourd de la scène francophone aux textes souvent percutants, amers et crus, le Belge donnera le ton dès vendredi.

Samedi, place au son très estival d’Oboy. Un garçon à qui Cannes porte chance: il y avait tourné le clip de TDB, vu 54 millions de fois sur YouTube. Le même jour, sur la scène terrasse, on retrouvera la magnétique Lala & ce, à la hauteur lors d’un concert donné en décembre dernier à Nice. Cut Killer, lui aussi, est récemment passé par Nice, à deux reprises. Dimanche, les "vieux de la vieille" du hip-hop et les autres iront écouter son mix, toujours très tentant.

Damso. Photo DR.

Kiddy Smile, Mad Rey, Bon Entendeur... Good vibes garanties

Dans ce menu ogresque, difficile de ne rien manquer. Vendredi, certains passeront sans doute une tête sur la scène terrasse pour écouter l’Italienne Giorgia Angiuli. Un peu plus tard, d’autres iront savourer le set de Mad Rey (notre rencontre avec cet artiste est à retrouver sur nicematin.com) au solarium. Dans son sillage, d’autres fiers représentants de la house nation seront attendus.

On pense au charismatique Kiddy Smile (ci-contre), en clôture de la scène terrasse, samedi. Mais aussi à Folamour, programmé sur la plage dimanche. Véritables distributeurs de bonne humeur, les petits gars de Bon Entendeur seront également de la partie, sur la terrasse. Une alternative pour ceux qui craignent d’être serrés comme des sardines devant David Guetta.

 
Kiddy Smile. Photo Axel Jozeph.

L’équipe organisatrice de Panda Events a pensé à apporter une touche régionale, sur toutes les scènes. Certains artistes sont déjà très exposés, à l’image de Kungs. Repéré en 2016, avec This Girl, le Toulonnais de 25 ans vient d’enchaîner une série de titres rassembleurs (Never Going Home en 2021, Clap Your Hands cette année). On le verra sur la plage, vendredi. Même jour, même scène, la Niçoise Umbree, programmée récemment au Delta Festival, à Marseille, jouera à trois reprises.

Samedi, on ira transpirer devant un autre Niçois, le toujours très tropical Dimitri From Panisse.

Et dimanche, on démarrera la journée avec le collectif azuréen Jitter, avant de filer écouter Afroman Radio, puis de s’offrir une virée en after, où la connexion Toulon-Nice sera assurée par Le Pedre et Feder, autre collectionneur de hits (Lordly, Goodbye…).

Plus d’espaces, plus d’ambiances

Qu’il semble loin, le temps où toute la foule se concentrait uniquement sur le sable de la plage des festivals. Cette scène principale a encore pris plus d’ampleur, notamment au niveau du dispositif vidéo. Mais désormais, les Plages électroniques prennent des allures tentaculaires, avec sept lieux de spectacle en un.

"Une nouvelle scène, qui fonctionne à l’énergie solaire, accueille le tremplin RIFFX
[une plateforme de talents électro, NDLR], dans les jardins de la Croisette. On a aussi ouvert un rooftop tout en haut du Palais des festivals, avec une scène axée sur les artistes en développement et les musiques de niche. Dans la verrière, juste au-dessus des fameuses marches, on propose une sorte de bulle d’air, un endroit climatisé où se reposer un moment. On peut même y faire des jeux de société avec ses amis", détaille Allegra Trichard, la codirectrice du festival.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.