“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les Musicales du Trophée: un concert de clôture réussi

Mis à jour le 28/07/2018 à 05:18 Publié le 28/07/2018 à 05:18
Mardi, Florent Bontron et Cristina Greco ont emmené le public des Musicales à la découverte de trois siècles de musique pour flûte et harpe.

Mardi, Florent Bontron et Cristina Greco ont emmené le public des Musicales à la découverte de trois siècles de musique pour flûte et harpe. MEC

Les Musicales du Trophée: un concert de clôture réussi

la turbie

Mardi, le 18e Festival « Les Musicales du Trophée » s'est refermé après un concert tout en légèreté et riche en découvertes. En réponse à la «carte blanche» donnée par l'organisation du festival, Florent Bontron à la flûte traversière et Cristina Greco à la harpe ont fait traverser au public de l'église St Michel plus de trois siècles de musique écrite pour ce duo d'instruments.

Après un andante de Mozart, une sonate de Bach et l'heureuse scène des Champs-Elysées de «Orphée et Eurydice» de Glück - le duo a filé au XXe siècle, avec «l'Entr'acte» de Jacques Ibert : trois minutes où la flûte et la harpe ont montré leur capacité à prendre des accents sensuels sur cette œuvre hispanisante d'un compositeur un peu oublié aujourd'hui et qui pourtant a livré l'une des productions les plus importantes des années 1930-40.

Chacun de ces 4 premiers morceaux ravit le public, lequel semblait regretter qu'il soit si court et devoir interrompre l'écoute de la musique pour passer à la présentation du morceau suivant. Alors la «Suite en duo», avec ses 4 mouvements, modifia le rythme et le public put se laisser aller à la découverte de cette œuvre signée Jean Cras - autre génial compositeur tombé dans l'oubli et qui s'est inspiré pour sa suite des balafons d'Afrique. Jules Mouquet, lui aussi tombé dans l'oubli, n'était pas marin comme les deux compositeurs précédents, mais il fut grand Prix de Rome, comme Ibert, et était passionné de mythologie grecque. Mardi soir, le Duo Pelleas régala l'assistance de «Pan et les Oiseaux», extrait de «La Flûte de Pan» composée par Mouquet en 1906 - incontournable pour un concert de flûte.

Et c'est avec des tangos d'Astor Piazzola, qui composa aussi pour la flûte, que le Duo Pelleas clôtura son concert. Un heureux panorama de la richesse des interprétations qu'offre le duo flûte - harpe, une belle surprise pour plus d'un spectateur ce soir-là.

Après cette ultime soirée, Ars Viva donne rendez-vous aux mélomanes l'année prochaine, pour un nouveau concert chaque mardi de juillet 2019.


La suite du direct