Rubriques




Se connecter à

"Les mille et une nuits": un gala de danse magique à Beausoleil

C'est au pays des « Mille et une nuits » que l'École municipale de danse a transporté les familles beausoleilloises samedi, lors de son gala de danse donné sur une place de la Libération bien bondée.

texte et photos :sony ith Publié le 29/06/2016 à 05:09, mis à jour le 29/06/2016 à 05:09
De belles princesses défilent devant le prince. Photo Sony Ith

C'est au pays des « Mille et une nuits » que l'École municipale de danse a transporté les familles beausoleilloises samedi, lors de son gala de danse donné sur une place de la Libération bien bondée.

Une soirée magique que 130 élèves de 4 ans à 22 ans, encadrés par Véronique Schaufelberger, professeur de danse, scénographe et chorégraphe, ont offerte : des princesses envoûtantes, un prince amoureux, tous vêtus de leurs plus beaux costumes dorés et parés de bijoux se divertissent dans le palais…

L'histoire contée par la ravissante Schéhérazade à son prince fait voyager dans le temps et l'espace, allant des aventures d'Aladin et Jasmine, à celles d'Ali Baba et ses 40 voleurs, en passant par Simbad le marin…

 

Les décors signés Magali Colombier (peintre professionnelle) étaient somptueux, du palais au grand voilier en pleine mer, en passant par la caverne d'Ali Baba et la jungle. Il y avait les habitants de ces lieux : les princesses, les voleurs, les cannibales, les marins, les plantes vénéneuses…

Dans une ambiance enchanteresse, les contes et légendes prenaient vie sous de belles lumières, sur fond de musiques et chansons orientales, au rythme clair et vibrant des tablas et autres percussions.

Valérie Schaufelberger tient à remercier ses danseurs talentueux, les techniciens en sons et lumières, la Ville, les mamans qui ont magnifiquement coiffé et maquillé leurs enfants, et autres petites mains pour compléter les costumes.

Le spectacle, de grande qualité, est le fruit d'un énorme travail, qui a débuté en janvier avec les préparations, suivies de répétitions et chorégraphies en mars et avril, et la concrétisation en juin.

 

Comme l'a souligné le maire qui avait ouvert la soirée : « L'école de danse reste une famille. Il y règne le véritable esprit du spectacle. Chacun a apporté sa pierre "précieuse", costumes, décors, danseurs, régie technique… On s'active en coulisses, dans la fébrilité de l'œuvre collective ! »

Et le résultat est impressionnant !

Dans le palais, les danseuses divertissent le prince. Photo Sony Ith.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.