“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les aventures de deux Monégasques en Russie

Mis à jour le 03/08/2019 à 10:10 Publié le 03/08/2019 à 10:10
Inaugurée début juillet, l’exposition se tient au musée des Arts modernes de Moscou.	(DR)

Les aventures de deux Monégasques en Russie

Les peintres Claude Rosticher et Gérard Pettiti exposent leur travail cet été à Moscou... et ont choisi de convoquer pour cette exposition, l’esprit d’illustres artistes de la Principauté

Elle est là où on ne l’attendait pas forcément. Au musée des Arts modernes de Moscou, tout l’été, se déroule l’exposition : « Monaco, histoires d’artistes ». Une histoire de création, de liens, de filiation entre une série d’artistes de la Principauté.

L’exposition est d’abord le fruit de la collaboration des peintres Gérard Pettiti et Claude Rosticher, qui ont uni leurs forces pour proposer chacun une sélection de leurs travaux.

En parallèle, les deux amis qui partagent « l’amour de la terre, des vieilles pierres et le besoin constant de se ressourcer » ont choisi de témoigner leur admiration à quatre artistes historiquement liés à Monaco, qui les accompagnent dans cette aventure russe : Léo Ferré, Armand Gatti, Luis Molné et Albert Diato. Un chanteur, un auteur, un plasticien et un céramiste dont ils se sentent les héritiers ? Pas seulement...

Personnalités particulières

« C’est la poésie de chacun qui nous a donné envie de les réunir, leurs personnalités particulières » commente Gérard Pettiti, « mais aussi d’évoquer la mémoire de ces créateurs qui ont marqué l’histoire culturelle de la Principauté au XXe siècle » renchérit Claude Rosticher.

Ce dernier a côtoyé Albert Diato, organisant une exposition rétrospective de son travail, quelques mois avant sa mort au hall du Centenaire. Pour Léo Ferré, il avait donné l’impulsion du spectacle « Bonjour Monsieur Ferré », au début des années 80 à l’auditorium, une des dernières prestations sur scène du chanteur. « Et, à mes débuts de jeune peintre, j’ai été encouragé par Luis Molné qui était un homme attachant et discret » se rappelle-t-il.

C’est ce que racontent les quelque 130 œuvres et documents réunis pour cette exposition, puisés dans diverses archives du pays. Si Léo Ferré est aujourd’hui passé à la postérité, ayant sa place au panthéon musical, le projet de Gérard Pettiti et Claude Rosticher met un coup de projecteur sur ceux moins célébrés : Albert Diato, céramiste génial dont certaines œuvres sont reconnues dans le monde entier ; le plasticien Luis Molné, exilé espagnol installé en Principauté au début du XXe siècle, auteur notamment d’une fresque monumentale au Jardin exotique. Et l’auteur Armand Gatti dramaturge libertaire et engagé.

Poétique, pas politique

« Pour chacun, nous sommes allés dans l’intime, pour ne pas travestir la vérité. Notamment en rencontrant leurs proches quand c’était encore possible » raconte Gérard Pettiti. « C’est amusant de voir comment un petit pays si calme a pu produire des artistes turbulents. Ce que nous mettons en avant c’est leur humanité, leur liberté aussi. Et notre démarche était poétique, pas politique ».

Un leitmotiv qui visiblement a fait caisse de résonance auprès du public russe. Les deux amis se disent même surpris de l’accueil moscovite positif. Une façon pour eux aussi de reprendre la trame du fil existant de la tradition culturelle entre Monaco et la Russie. « Modestement nous continuons ce lien pour montrer aussi qu’un petit pays comme Monaco peut avoir une activité créatrice importante ».

Ce projet, les deux artistes l’ont monté principalement avec l’appui de sponsors privés lors d’une année de préparation, dans un atelier du quai Antoine-1er avant de démarrer ce périple vers l’Est. Car après le musée des Arts modernes de Moscou, l’exposition sera présentée, toujours en Russie, au musée régional des Beaux-arts de Rostov à partir du 23 août. Puis au centre culturel orthodoxe russe de Paris, du 11 octobre au 1er novembre.

Et peut-être un jour en Principauté, pour contredire l’adage que nul n’est prophète en son pays !

Évidemment, Léo Ferré est à l’honneur, parmi les artistes monégasques.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct