“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les Archives audiovisuelles dévoilent leur saison Croyances et dépendances

Mis à jour le 04/10/2016 à 05:08 Publié le 04/10/2016 à 05:08
Christopher Walken, le King of New York d’Abel Ferrara. Ce dernier sera à Monaco le 25 octobre.

Christopher Walken, le King of New York d’Abel Ferrara. Ce dernier sera à Monaco le 25 octobre. IFC Mediaset

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les Archives audiovisuelles dévoilent leur saison Croyances et dépendances

Entre grands classiques et films audacieux, les cinéphiles pourront naviguer cette année. Et rencontrer aussi quelques cinéastes invités à parler de leur travail en Principauté

Alfred Hitchcock, Youssef Chahine, Abel Ferrara, Luchino Visconti ou Francis Ford Coppola. L'affiche de la treizième saison des Archives audiovisuelles à de quoi séduire. Les gardiens du temple de l'image animée en Principauté ont composé un programme éclectique. Sans vraiment thématique ou fil conducteur que celui de réunir les cinéphiles autour d'œuvres marquantes et parfois méconnues du 7e art.

Premier événement de la saison qui démarre, la venue du sulfureux réalisateur américain Abel Ferrara le 25 octobre. L'occasion de revoir son King of New York de 1990 et d'écouter certains des souvenirs du cinéaste, qui s'est construit loin des paillettes d'Hollywood et qui a marqué notamment les années 80.

Adieu Bonaparte restauré

Auparavant, le 11 octobre, l'équipe des Archives audiovisuelles rendra hommage à Daniel Boulanger, dialoguiste en 1965 du premier film de Jean-Paul Rappeneau, La vie de château, avec le couple Deneuve et Noiret, présenté la même soirée.

Autre événement, la projection restaurée du long-métrage Adieu Bonaparte de Youssef Chahine, le 2 novembre.

« Ce projet entre dans notre partenariat avec la cinémathèque française pour la restauration de films. Toute l'œuvre du cinéaste égyptien Youssef Chahine, difficilement conservée dans son pays natal, a été confiée à la Cinémathèque. Et il nous semblait important de participer à la restauration d'une œuvre cinématographique du bassin méditerranéen », souligne Vincent Vatrican qui dirige les Archives audiovisuelles. La copie rafraîchie de ce film de 1984, ou se confrontent Michel Piccoli et Patrice Chéreau, a été présentée au dernier Festival du film de Cannes.

Dans un registre plus historique, les amateurs apprécieront la rediffusion de l'inoxydable Singin' in the rain avec Gene Kelly pour une soirée « Danse et cinéma » le 18 décembre. Et la projection les 22 et 23 octobre - à la salle Garnier - d'une version de 1925 du Fantôme de l'Opéra avec un accompagnement musical improvisé de Jean-François Zygel.

Pour le jeune public, la programmation conçue en partenariat avec la direction de l'éducation nationale est audacieuse avec la sélection de Mulholland Drive de David Lynch ou La Rose pourpre du Caire de Woody Allen ou le classique Magicien d'Oz.

Comme ce fut le cas la saison précédente, une session « hors les murs » sera organisée le 28 mars au cinéma de Beaulieu avec des images d'archives et d'actualité autour de la princesse Grace.

Enfin, les Archives audiovisuelles qui célébreront leur vingtième anniversaire en 2017 projettent pour l'occasion de se raconter le 13 juin au cours d'une ciné conférence patrimoniale. « Pour expliquer nos trouvailles mais aussi les filières que nous empruntons pour récupérer des éléments », souligne Vincent Vatrican. Et sûrement dévoiler quelques trésors…

Croyances et dépendances

Jacques Kermabon et Vincent Vatrican présentant leur programmation.
Jacques Kermabon et Vincent Vatrican présentant leur programmation. C.V. et DR

C'est la colonne vertébrale des rendez-vous des Archives audiovisuelles. Comme un ciné-club, les « Mardis du cinéma », pendant la saison, relient les cinéphiles pour découvrir une sélection d'œuvres. Thématique cette année : « croyances et dépendances ».

« Quand nous avons choisi ce thème, nous n'étions pas encore dans les temps troublés que nous connaissons mais nous avons penser lier des films où les personnages sont habités par des croyances personnelles», détaille Jacques Kermabon qui travaille à la programmation de ces soirées.

Parmi les coups de cœur des programmateurs, Fitzcarraldo, de Werner Herzog réalisé en 1981. Et mettant en scène au Klaus Kinski plus lunaire que jamais qui rêve de construire un opéra dans la forêt péruvienne.

Autre projection coup de cœur, celle de la copie restaurée du film de Luchino Visconti Le Malin. Ou encore le documentaire de Nicolas Philibert, Retour en Normandie, sorti en 2006 où le cinéaste - qui sera présent pour la projection - part à la recherche d'acteurs éphémères mais vrais paysans normands avec lesquels il avait travaillé trente ans auparavant.

Au chapitre des maîtres du 7e art, Hitchcock (Le Faux coupable), Akira Kurosawa (Les sept samouraïs) Coppola (Tucker) ou les iconoclastes Monty Python (La vie de Brian) sont aussi au casting de cette saison qui compte dix-sept soirées.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.