“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le triomphe de l'orchestre de Bamberg au Printemps des Arts

Mis à jour le 09/04/2016 à 05:10 Publié le 09/04/2016 à 05:10
L'orchestre et les chœurs de Bamberg et le chœur des enfants de Monaco

L'orchestre et les chœurs de Bamberg et le chœur des enfants de Monaco DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le triomphe de l'orchestre de Bamberg au Printemps des Arts

Entre musiciens et choristes, 200 personnes en scène pour une interprétation magistrale de la 3e symphonie de Mahler

Le concert de la 3e symphonie de Mahler donné jeudi soir par l'Orchestre de Bamberg sera sans doute l'un des plus beaux concerts du Printemps des Arts 2016. Et pourtant, nous en avons entendu des beaux concerts, en ce Printemps des arts !

Celui-ci a été exceptionnel à plusieurs niveaux.

Au niveau quantité d'abord : il y avait quelque deux cents personnes sur scène, entre les musiciens et les choristes de Bamberg. Il y avait tellement de monde que l'adorable chœur des enfants de l'Académie prince Rainier III, chargé de faire entendre ses voix d'anges dans le final de la symphonie fut placé… au fond de la salle. Surprise de l'auditoire lorsque, soudain, surgirent de l'obscurité ses séraphiques « bim-bam » ponctués par des coups de cloches !

Au niveau qualité, nous avons entendu un orchestre somptueux, uni, grandiose, interprète idéal de cette immense symphonie aux atmosphères multiples, aux méandres sans fin, aux parcours mystérieux, aux coups d'éclat dantesques et aux épisodes paradisiaques. Vers la fin de l'œuvre intervint la mezzo-soprano Gerhild Romberger, qui, d'une voix puissance et corsée semblable à celle d'une déesse de l'Olympe, proféra cette menace O homme, prends garde tirée d'Ainsi parla Zarathoustra de Nietzsche mise ici en musique par Mahler.

Pour diriger ce monument symphonique, il y eut un chef merveilleux, Jonathan Nott, qui, pendant une heure trente, conduisit l'œuvre par cœur. En première partie du concert, il dirigea également ce chef-d'œuvre de Dutilleux qui s'appelle Correspondances et qui fut sublimé par la voix de la soprano, Barbara Hannigan.

On sentait dans la salle la présence d'un public de passionnés, festivaliers parfois venus de pays étrangers. À la fin de la symphonie, mille personnes se levèrent pour applaudir les musiciens de Bamberg et leur chef. Un des meilleurs concerts du Printemps des Arts, on vous dit!


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.