“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le triomphe de Cecilia Bartoli et des Musiciens du Prince dans le temple de la musique classique à Vienne

Mis à jour le 15/05/2019 à 10:59 Publié le 15/05/2019 à 09:30
Des fleurs, cinq rappels et une longue standing-ovation, dans l’une des plus prestigieuses salles de concert du monde. Si ce n’est pas un triomphe…

Le triomphe de Cecilia Bartoli et des Musiciens du Prince dans le temple de la musique classique à Vienne

Cecilia Bartoli et les Musiciens du Prince ont enthousiasmé le public monégasque et autrichien, lundi, lors d’un concert d’exception dans une salle mythique. Une sacrée vitrine pour la Principauté.

Un grand moment. Quand ils sont ressortis du Musikverein de Vienne, lundi soir, les membres de la délégation du Monaco Economic Board ont eu la juste impression d’avoir assisté à un concert exceptionnel. Les treize entrepreneurs monégasques, dans le cadre de leur mission économique menée dans la capitale autrichienne, ont vécu une soirée inoubliable. Voici pourquoi.

Une salle mythique

Le Musikverein de Vienne est considéré comme la meilleure salle du monde sur le plan de l’acoustique. Avant même que les artistes n’investissent la scène, curieusement occupée aussi par le public de part et d’autre, le décor et l’ambiance qui s’en dégagent plongent d’emblée le spectateur dans les plus grandes heures de l’Histoire de la musique.

Cette salle est d’autant plus prestigieuse qu’elle se situe à Vienne, la capitale mondiale de la musique classique.

De grands musiciens autour d’une diva

Sur scène, il y avait tout simplement l’une des plus grandes artistes lyriques de notre époque, en l’occurrence Cecilia Bartoli. La célèbre mezzo-soprano était accompagnée par un orchestre exceptionnel, les Musiciens du Prince-Monaco, un ensemble baroque unique.

Cette formation a été créée au printemps 2016, sur une idée de Cecilia Bartoli, en collaboration avec Jean-Louis Grinda, le directeur de l’Opéra de Monte-Carlo. Sa particularité est de réunir des musiciens de grand talent, venus de toute l’Europe, qui jouent sur des instruments d’époque, authentiques ou fabriqués sur le modèle de la période considérée. Lundi soir à Vienne, les instruments à cordes et à vent dataient des XVIe et XVIIe siècles, et le programme était dédié à Vivaldi.

Cecilia Bartoli, alternant entre une extrême sensibilité et une puissance vocale remarquable, a littéralement emporté le public. La complicité avec la formation, dont elle a sélectionné la plupart des musiciens, était éclatante, singulièrement lors des nombreux rappels au cours desquels la diva, très enjouée, s’est notamment amusée avec un trompettiste, dans un jeu entre l’instrument et la voix aussi impressionnant que drôle. La salle, conquise, a réservé une longue standing-ovation à Cecilia Bartoli et aux Musiciens du Prince-Monaco.

Un sublime "after"

Mais la grande soirée n’était pas finie. La délégation du MEB a eu le bonheur de retrouver les artistes à l’issue du concert, lors d’un cocktail privé. Et dans cette salle mitoyenne, d’autres moments magiques se sont produits, ici et là, au gré des discussions avec les musiciens, ravis de raconter leur passion, de partager leur enthousiasme pour cette aventure que leur permet de vivre la cantatrice italienne.

"C’est extraordinaire, témoigne Patricia Gagnon, altiste, Canadienne résidente à Nice - son mari joue dans l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo. Travailler avec Cecilia Bartoli est un honneur renouvelé à chaque concert. Nous prenons tous un immense plaisir à jouer avec elle, et dans des salles aussi prestigieuses que celle de ce soir. On a vraiment beaucoup de chance. C’est un plaisir total, la raison profonde pour laquelle on fait ce métier."

"Un honneur de jouer avec Cecilia"

Un peu plus loin, on croise Thibaud Robinne. Il est trompettiste et jouait, lundi soir, sur un instrument unique, qu’il a fabriqué lui-même. Une trompette sans pistons, équipée de trous pour faire jaillir les notes. Ce Français exilé à Cologne raconte le même enthousiasme, le même plaisir de faire partie des Musiciens du Prince-Monaco. « C’est un honneur de jouer avec Cecilia. On fait partie d’un club fermé, prestigieux. »

Tous ont aussi conscience, d’être des ambassadeurs de Monaco.

Et sur le strict plan musical, jouer sur un violon alto avec des cordes en boyau et un archet léger et pointu, pour la première, et avec une trompette fabriquée par soi-même pour le second, est une expérience unique.

Le public l’a bien compris. Isabelle Berro-Amadeï, l’ambassadrice de Monaco en Autriche, tout particulièrement: "Le concert donné par Madame Cecilia Bartoli et les Musiciens du Prince-Monaco était extraordinaire. Et je pèse mes mots. Il y a eu une standing-ovation dans le temple de la danse et de la musique qu’est le Musikverein de Vienne. Pour nous, ce concert est aussi une très belle vitrine. Mêler les images culturelle et économique innovantes de la Principauté est une formule gagnante."

Et pour le dernier concert de cette tournée européenne dédiée à Vivaldi, Cecilia Bartoli et les Musiciens du Prince ont tout donné. Un grand moment.

La délégation du MEB à quelques minutes du concert.
Les artistes à la rencontre des Monégasques.
Avec les 2 044 tickets vendus, ce fut salle comble.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct