“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le rappeur Youssoupha en concert, ce vendredi, aux Nuits Carrées à Antibes

Mis à jour le 19/06/2019 à 17:18 Publié le 26/06/2019 à 17:30
Youssoupha sera au festival les Nuits Carrées à Antibes le 28 juin.

Youssoupha sera au festival les Nuits Carrées à Antibes le 28 juin. Photo Fifou

Le rappeur Youssoupha en concert, ce vendredi, aux Nuits Carrées à Antibes

Après avoir grimpé très haut dans les classements de ventes, le rappeur a voulu retrouver plus de simplicité et de fraîcheur. C’est chose faite avec "Polaroid Experience", un album sorti en septembre dernier, qu’il défend maintenant sur scène. Il est attendu aux Nuits Carrées, à Antibes, le 28 juin. Et il était dernièrement dans le magazine Week-End.

Youssoupha est un grand fan de foot. Alors, quand il fait le point sur son parcours, il lui arrive de citer Didier Deschamps. "Dans L’Équipe, il disait qu’après les plus grandes victoires, tu peux faire les plus grosses conneries. Après nos concerts, on reçoit beaucoup de compliments du public. Bien sûr, on les apprécie. Mais je dis souvent à mon équipe qu’il ne faut pas prendre ça pour acquis."
Le natif de Kinshasa (anciennement au Zaïre, aujourd’hui en République démocratique du Congo) n’est peut-être pas champion du monde, mais il est une figure qui compte dans le rap.

Tandis que les jeunes loups aux dents longues sortent du bois de plus en plus vite, il adopte petit à petit une autre posture. Celle de l’homme bientôt quadra qui tisse des liens entre les générations.
"Il y a celle un peu plus âgée que moi, celle d’IAM, qui m’a adoubé. Et l’autre, que je peux côtoyer dans mon rôle de producteur. Ces jeunes artistes, comme Keblack ou Naza, je les aide à se tromper vite, ou peu. Je transmets, mais je me nourris aussi. J’aime ce rôle. Pourtant, au départ, je n’avais pas tellement envie de monter un label [il dirige la structure indépendante Bomaye Musik, ndlr]. Je l’ai surtout lancé parce que j’avais perdu mon contrat en maison de disques."
Des tracas qui semblent bien loin. Entre 2012 et 2015, les albums Noir D**** et NGRTD (pour Négritude) ont fait de Youssoupha une valeur sûre.
On le retrouve aussi bien en compagnie d’artistes pop (Madame Monsieur, Shy’m ou encore Ayo) qu’avec ses comparses plus rugueux Kery James et Médine.

Étiqueté rappeur "conscient"

Étiqueté rappeur "conscient", loué pour ses textes soignés, il pose sa voix sur des instrus mêlant tour à tour les lourdes basses caractéristiques du hip-hop et des airs de rumba congolaise.
"On a toujours regardé du côté des États-Unis, mais on intègre plus notre propre culture dans nos sons. Moi, j’ai toujours été imprégné par la musique africaine."
Les States, la France, le Congo… Désormais, l’artiste assure être moins tracassé par ces questions d’identités multiples. "Avant, quand on me demandait de répondre à ces questions, je le prenais mal. J’avais l’impression qu’on me poussait à me couper de quelque chose, de devoir choisir un camp. Aujourd’hui, je me sens bien partout, j’ai trouvé mon équilibre."
En ce moment, Youssoupha vit à Abidjan, en Côte d’Ivoire. "Ma femme m’a toujours accompagné pour mes projets. Là, elle a eu des opportunités et j’ai voulu la suivre à mon tour. Quand je suis là-bas, je joue plus le père au foyer", lâche-t-il, visiblement satisfait de ce mode de vie.

 

 

"Il fallait que je retrouve de la fraîcheur, pour ne pas faire de l’exceptionnel une banalité"

En poussant l’échange, on comprend que l’interprète de Menace de mort, On se connaît ou Chanson française cherchait un second souffle. A force de carburer au super, d’enchaîner les Zéniths sous les acclamations, il aurait presque fini par trouver cela ordinaire.
"Il fallait que je retrouve de la fraîcheur, pour ne pas faire de l’exceptionnel une banalité. Là, avec ce nouveau show, je suis content de ce qu’on fait, c’est lourd! Avec moi, j’ai mes musiciens, mon DJ et des filles à la fois choristes, backeuses et entertaineuses."
Ces derniers mois, son Experience Tour l’a embarqué un peu partout en France, en Suisse et au Luxembourg, dans des salles à la jauge moins importante que par le passé. Sans doute le bon remède pour humaniser le tout et prendre du plaisir sur scène.
"Cela peut paraître banal, mais cette banalité me va bien: le live, c’est le moment le plus exaltant pour moi. Parfois, on fait plus de deux heures de concert. Si ça ne tenait qu’à moi, on ferait encore plus!"

"Le rap est tellement varié maintenant qu’il y en a pour tout le monde"

On entend souvent des esprits chagrins décréter que le rap, "c’était mieux avant".
Notre interlocuteur n’est pas du tout de cet avis.
"Le rap est tellement varié maintenant qu’il y en a pour tout le monde. Tu as PNL, Orelsan, KobaLaD, Bigflo et Oli, Kery James, Ninho… On est dans un véritable âge d’or. Je suis fier de voir comment les choses ont évolué. On nous a stigmatisés, on nous a moqués. Beaucoup croyaient que tout ça passerait. Comme si on faisait de la tecktonik", se marre "Youss".
Sur son dernier album, Polaroid Experience, l’un des douze titres se nomme Devenir vieux.
"J’suis plus vraiment le même, faut que j’me téléporte / Le temps ouvre ses fenêtres mais referme quelques portes", balance-t-il d’emblée.
Youssoupha redoute peut-être de "devenir vieux sans jamais avoir été adulte". Mais sur la scène des Nuits Carrées, à Antibes, le public aura de grandes chances de croiser un grand gamin.
Qui se fera peut-être un malin plaisir de partager le micro avec son pote Médine.


Youssoupha en concert.
- Vendredi 28 juin, à partir de 18h30 (passage sur scène à 23h). Festival Nuits Carrées, à Antibes. Egalement programmés durant cette soirée: Médine, Gringe, Grems (DJ set) et Fanny Polly. Tarif: 22€. Rens. nuitscarrees.com
- Samedi 23 novembre, à 20h. Théâtre de Grasse. Tarifs: de 15€ à 25€.
Rens. 04.93.40.53.00. www.theatredegrasse.com


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct