“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le prince Albert accueille les premiers visiteurs de la Journée du patrimoine à Monaco

Mis à jour le 19/10/2015 à 09:49 Publié le 19/10/2015 à 09:47
journée du patrimoine à moaco -ministère d'état

Le prince Albert accueille les premiers visiteurs de la Journée du patrimoine à Monaco

Le souverain a accueilli les premiers visiteurs des appartements princiers, quelque peu surpris et surtout enchantés de cette heureuse surprise. Au programme : les liens entre les Grimaldi et Matignon

"Je ne veux pas vous tourner le dos sans vous avoir salué." 

Ce dimanche, le prince Albert II est venu pour suivre la première visite guidée de son directeur des Archives et de la bibliothèque Thomas Fouilleron, avec une vingtaine de visiteurs.

Il était tout juste 10 heures et la Journée du patrimoine avait déjà, pour ces premiers curieux, des allures tout à fait exceptionnelles. Le souverain a serré plusieurs mains, détendu et chaleureux. "C'était très touchant", lâchaient ensuite les visiteurs matinaux.

Dans la bibliothèque du Palais, il fut question des Grimaldi, bien sûr, mais aussi des Matignon. Car cette année est fêté le 300e anniversaire du mariage de Louise-Hippolyte Grimaldi, héritière du trône de Monaco, avec Jacques de Matignon. C'était exactement le 20 octobre 1715.

Par cette union "célébrée avec faste" en l'église Saint-Nicolas, et conformément aux traditions successorales des Grimaldi, l'époux est obligé d'abandonner son nom et ses armoiries bien qu'il ait appartenu à "une des familles aristocratiques les plus prestigieuses en France", souligne Thomas Fouilleron. Il devient Jacques Grimaldi ; puis, à la mort de la princesse, règne sous le nom de Jacques Ier.

"Car, à Monaco, les femmes peuvent succéder et régner", rappelle le directeur des Archives et de la bibliothèque du Palais princier. En Bretagne, par contre, l'hôtel de Matignon conserve son appellation. La famille princière de Monaco y résidera jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.

"Des liens très chers"

Thomas Fouilleron a retracé pour le prince Albert II et les visiteurs cette histoire vieille de trois siècles mais pour laquelle, hier, se sont retrouvés une quarantaine de Matignonnais. Ils s'étaient donné rendez-vous devant le Palais princier à 9 h 30, conduits par Anne-Marie Marsaudon.

La présidente de l'association Les Amis du passé en pays de Matignon (Côtes-d'Armor, Bretagne) explique: "Les liens avec Monaco sont restés très chers aux Matignonnais. Je ne connais pas un Matignonnais qui ne soit pas venu à Monaco. Quand le prince Albert et ses sœurs sont nés, nous avons sonné les cloches. Pour le mariage princier en 2011, nous avons organisé une fête avec des danseurs bretons. Nous avons ensuite offert des dragées pour le baptême de Jacques et Gabriella." Et puis, tout juste un an après l'union du prince et de la princesse Charlène, Albert II s'est rendu dans le pays de Matignon durant deux jours…

Et ce dimanche, le souverain a retrouvé les Matignonnais, dans la cour d'honneur, avec l'ambassadeur de France Hadelin de la Tour du Pin. Pour que perdure la relation toujours filiale et encore très soudée entre Monaco et la Bretagne…

à partir de 1 €


La suite du direct