Rubriques




Se connecter à

Le Philharmonique entre anges et démons

Le concert de dimanche, en l’Auditorium Rainier-III, aura pour titre Paradis et enfer. Une œure inspirée du roman de l’écrivain anglais Lord Byron

André PEYREGNE Publié le 23/11/2019 à 10:05, mis à jour le 23/11/2019 à 10:05
À gauche : la violoniste allemande Arabella Steinbacher. À droite : le chef d’orchestre letton Andris Pogas.	(DR)
À gauche : la violoniste allemande Arabella Steinbacher. À droite : le chef d’orchestre letton Andris Pogas. (DR)

Il est sûr que, dimanche, l’auditorium Rainier-III vibrera encore de l’extraordinaire, mémorable, historique concert de l’oratorio Elias de Mendelssohn donné il y a deux semaines. Le Philharmonique de Monte-Carlo était en scène ainsi que quelque deux cents choristes et merveilleux solistes venus de Birmingham en Angleterre, sous la direction de Kazuki Yamada. Ce concert aura marqué la saison.

Est-ce une suite dans les idées : après cet événement qui s’ouvrait vers le Ciel, Kazuki Yamada nous propose pour ce dimanche un concert qu’il a intitulé Paradis et enfer. Ce n’est pas lui qui le dirigera mais lui qui l’a programmé, en tant que directeur de l’orchestre.

Le chef d’orchestre sera Andris Poga, venu de Lettonie. Les chefs lettons sont peu nombreux mais celui-ci a sa notoriété, ayant dirigé des orchestres prestigieux tels que le Gewandhaus de Leipzig, le Philharmonique de Saint Petersbourg, le New Japan Philharmonic, l’Orchestre National de France, l’Orchestre symphonique de Boston, etc. Il est le directeur de l’Orchestre national de son pays.

 

Quels seront donc les fantômes qui rôderont entre les notes et les pupitres de l’orchestre, dimanche ? Ceux qui hantent la partition géante de Manfred de Tchaïkovsky.

Trémolos dantesques et crescendos géants

Cette œuvre est inspirée du roman de l’écrivain anglais Lord Byron dans lequel le héros veut se suicider après avoir tué la femme qu’il aime et retrouve la sérénité après avoir eu une vision de celle-ci. Cette œuvre symphonique est la plus longue jamais écrite par Tchaïkovsky. Elle dure près d’une heure. Elle est très rarement jouée. A-t-elle déjà été entendue à Monaco ? On est au cœur du romantisme avec ses trémolos dantesques, ses crescendos géants ; elle fait intervenir des cloches et un orgue au milieu de l’orchestre.

Lors de ce même concert, on entendra le sublime 5ème. concerto de Mozart interprété en soliste par l’une des meilleures violonistes internationales actuelles, l’allemande Arabella Steinbacher.

 

Là, avec Mozart, c’est sûr, on sera au paradis !

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.